Les héritiers d'Albert Frère se repartagent son empire

Depuis le décès de l'homme d'affaires survenu fin 2018, la structure de l'empire familial n'avait que peu évolué, à la différence de ses composantes.

L'équilibre qui prévalait entre les enfants de l'homme d'affaires est revu. La branche autour de Gérald Frère reçoit le contrôle de la CNP, Ségolène Gallienne une part accrue dans GBL.

Depuis novembre, les créations de société s'enchaînaient du côté de la rue de la Blanche Borne, QG de la famille Frère. Avec pour point d'orgue, mi-mars, la scission du holding de tête Frère-Bourgeois, chapeautant aussi bien la Compagnie nationale à portefeuille (CNP) que, via-via, la participation dans GBL .

Objectif? Simplifier, entendait-on alors du côté de Gerpinnes. Mais en réalité, c'est une vaste réorganisation patrimoniale qui a été menée en coulisses par les enfants et héritiers de feu Albert Frère, décédé fin 2018.

"L'idée est d'ancrer dans la pérennité un groupe qui avait pas mal évolué depuis le décès d'Albert Frère"
Ian Gallienne
CEO de GBL

A compter de ce jour, le partage ne sera plus placé sous le signe d'un équilibre à 50-50, apprend-on. En effet, la branche autour de Gérald Frère détiendra désormais quelque 75% de la CNP, quand la branche autour de Ségolène Frère pèsera à présent 75% du poids de la famille Frère dans GBL - contrôlant de la sorte indirectement 10,5% du holding, contre 3,5 pour Gérald.

Une exception est toutefois à noter au niveau des actifs dits patrimoniaux (art et immobilier), tout comme pour ce qui est du domaine viticole Château Cheval Blanc, détenu aux côtés du Français Bernard Arnault. Là, les deux branches resteront sur pied d'égalité - domaine de chasse et propriétés forestières mis à part, qui pourraient avoir servi de variable d'ajustement dans l'opération.

Pérennité

Mais, si partage des biens il y a, il n'y a pas rupture pour autant. Ce développement "s'est fait en très bonne entente, dans l'idée d'ancrer dans la pérennité un groupe qui avait certes pas mal évolué depuis le décès d'Albert Frère, mais sans que cela ne soit reflété dans sa structure", évoque Ian Gallienne, CEO de GBL et mari de Ségolène Frère. En ce sens, un pacte a d'ailleurs été signé entre les deux branches pour une durée de 25 ans.

25
ans
Un pacte lie les deux branches pour une durée de 25 ans.

La famille Desmarais, avec laquelle la famille Frère pèse 28% du capital de GBL pour 48,92% des droits de vote, "a été informée et ne sera pas impactée", précise Ian Gallienne. Le pacte unissant les deux familles court toujours bien jusque 2029.

Piliers de taille

GBL est l'une des plus importantes sociétés à portefeuille d'Europe, forte d'une capitalisation boursière de 13 milliards d'euros et d'un actif net de quelque 20,5 milliards à fin 2020 grâce à ses participations dans Adidas (6,84%), SGS (18,93%), Pernod Ricard (7,6%) et LafargeHolcim (7,57%) notamment – sans compter différents fonds d'investissement.

Coté depuis plus de 60 ans, le holding est contrôlé conjointement avec les Desmarais via la SA Parjointco. Avec une nouveauté depuis janvier qu'est la création de la société Eagle Capital, où sont désormais logés les intérêts de la famille Frère, évalués alors à 2,75 milliards d'euros.

De son côté, la CNP fut acquise par la famille en 1988, avant d'être sortie de bourse à la suite d'une offre publique d'achat (OPA) en 2011. La société se concentre sur des investissements à long terme au sein de sociétés européennes cotées et non cotées de taille moyenne. Elle présente un actif net total de près de deux milliards d'euros. On la retrouve à bord notamment du deuxième groupe de télévision hexagonal M6 mis en vente par RTL Group dans un mouvement de consolidation européen qui concerne aussi RTL Belgium et RTL Nederland -, du spécialiste français des données satellitaires CLS ou encore du fournisseur français de conseils en ingénierie aux entreprises industrielles Akka Technologies.

La société est aussi à bord de la plateforme de vente en ligne de voitures d'occasion Cazoo, qui s'apprête à entrer en bourse. Avec une belle plus-value à la clé pour les Frère puisque quand la famille est entrée dans le capital en mars 2020, la société britannique valait moins d'1 milliard de dollars, là où elle en vaut désormais pas moins de 8,1.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés