Publicité

Les montres carrées d'Amalys affichent leurs ambitions mondiales

Le prix des montres Amalys est compris entre 109 et 139 euros. ©Amalys

Lancée il y a tout juste un an, la start-up belge Amalys – avec ses montres carrées/rectangulaires exclusivement féminines – connaît un beau démarrage, essentiellement grâce à sa présence en France. Objectif 2019: le million de chiffre d’affaires

"J’ai toujours été fasciné par l’horlogerie. Contrairement à un bijou, c’est un accessoire qui a une vraie utilité et qui nous reconnecte à une certaine réalité. Le temps qui passe, cela pousse à vivre chaque instant", nous explique Adrien Voisin, un brin philosophe, devant son chocolat chaud fumant. Avant de lancer sa propre marque de montres, ce jeune entrepreneur belge a travaillé chez Komono, la marque belge de montres et lunettes créée en 2009 par les designers Anton Janssens and Raf Maes.

Si cette rencontre, en marge du Baselworld (le plus grand salon mondial de l’horlogerie, NDLR), reportera un temps ses ambitions personnelles, Adrien Voisin reconnaît qu’elle a forgé son expertise et sa vision du secteur. "Quand j’ai commencé, nous étions 20. Quand je suis parti, la boîte avait doublé de taille. Comme j’ai beaucoup voyagé pour le développement de la marque, j’ai acquis une belle expérience en terme de distribution internationale, notamment", estime-t-il.

Le choix du carré

En juillet 2017, la société est créée et lancée exclusivement sur fonds propres. Le design de sa montre, Adrien Voisin, l’a en tête depuis un long moment. "L’horlogerie est un secteur très concurrentiel. Le choix du carré, puis du rectangle, c’est évidemment une manière de se différencier mais pas seulement. Dans l’entrée de gamme, en dessous de 200 euros, il n’y a pas de marque de référence pour les modèles carrés/rectangulaires", poursuit Adrien Voisin.

Baptisée Amalys – prénom grec qui désigne des femmes fortes, ambitieuses et passionnées – la marque s’adresse exclusivement aux femmes. "Le carré et le rectangulaire se vendent très peu pour les hommes tandis que chez les femmes, c’est un produit élégant qui rappelle les classiques de nos arrières grands-mères, voire carrément les années 1920", commente-t-il.

Un design "tout-fait"?

Comme pas mal de "micromarques", les montres Amalys sont produites en Chine mais Adrien Voisin se défend de surfer sur la vague du "tout fait, prêt-à-porter". "J’aurais pu prendre un modèle tout fait et mettre le nom Amalys dessus, mais ce n’est pas comme cela qu’il faut opérer lorsqu’on veut créer une marque sur le long terme. J’ai designé moi-même chaque modèle de notre collection, et j’ai développé un design qui correspond à l’identité de marque que je souhaite créer", insiste-t-il.

"J’ai designé moi-même chaque modèle de notre collection."
adrien voisin
fondateur d’amalys

En outre, la plupart de ces micromarques se vendent majoritairement sur internet alors que les ventes online d’Amalys représenteront moins de 5% de son chiffre d’affaires, selon son CEO. Depuis son lancement, l’entreprise a ainsi produit 20.000 pièces et devrait dégager des revenus de l’ordre de 700 à 800.000 euros à l’issue de 2018.

Le pied à l’étrier

Ce beau démarrage, Amalys le doit beaucoup à un petit coup de pouce du destin, comme on dit. En décembre 2017, soit un mois après le début de la commercialisation, la start-up a signé un gros contrat avec un important distributeur en France. "Ils ont un temps distribué Ice Watch. Grâce à eux, la marque Amalys est disponible dans 300 magasins en France", explique Adrien Voisin. La France est donc son principal marché, devant la Belgique où ses montres sont vendues dans une trentaine de magasins.

S’il reconnaît que cette "dépendance française" est potentiellement risquée sur le long terme, le CEO d’Amalys se montre optimiste pour le futur. "Nous sommes dans une dynamique permanente de réinvestissement. Notre objectif n’est pas de gagner de l’argent maintenant, nous voulons développer la marque et en faire un gros succès en Belgique et dans le monde", conclut celui qui vient de signer un nouveau contrat avec un distributeur, chinois cette fois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés