Les offres d'emploi se sont multipliées à la fin de 2015

©Photo News

Les organismes publics de placement ont connu, en décembre, une explosion du nombre d’offres d’emploi gérées. Signe que le marché du travail se porte mieux.

Sur le marché du travail, les signaux sont au vert. Fin de l’année dernière, le nombre d’offres d’emploi traitées par les organismes régionaux de placement a littéralement explosé.

©Mediafin

Au mois de décembre, le Forem, le VDAB et Actiris ont connu une hausse de 27 à 36% du nombre d’offres d’emploi qui ont atterri sur leurs bureaux. Sur le seul mois de décembre, 24.709 nouveaux jobs voyaient le jour sur les panneaux d’affichage et les sites du portail de référence des demandeurs d’emploi.

L’année 2015 a, de manière générale, été un bon cru sur le marché des offres d’emploi: au total, 329.213 offres ont été gérées par les trois organismes publics. La plus grosse part se situait en Flandre (où la croissance annuelle a aussi été la plus forte, +12,7%), suivie par la Wallonie (+8,6%) et plus modestement Bruxelles (+3%).

Face aux 565.657 demandeurs d’emplois inoccupés que comptait le pays en décembre dernier, les offres disponibles en décembre n’ont représenté encore que 5% de la demande totale d’emploi. Mais précisons que les offres transitant par les organismes de placement ne sont que la partie visible de l’iceberg du marché de l’emploi. A ces offres, il faut ajouter les annonces gérées par les entreprises et les secteurs eux-mêmes, les cabinets de recrutement, l’intérim, l’emploi indépendant, le secteur public…

Seul le VDAB donne, sur son site, un aperçu complet et détaillé de la situation des emplois disponibles. On y constate par exemple que les cabinets de recrutement privés et les entreprises gèrent un volume équivalent à 70% du volume géré par le VDAB. En 2015, cela a représenté 125.000 offres d’emplois, une hausse de 44% comparée au volume de 2014!

Signal positif dans l’intérim

+11%
Le secteur de l’intérim a enregistré une croissance de 11% de son activité en décembre 2015 par rapport à 2014.

À cela, on peut aussi ajouter le secteur de l’intérim, gros pourvoyeur d’emplois. Ici aussi, le voyant clignote au vert. En décembre 2015, l’intérim a affiché une croissance de 11% de son activité, à un an d’écart. L’indice Federgon, qui rend compte de l’activité du secteur au cours du mois écoulé, a largement dépassé le seul pic "post-crise 2007" qu’a connu le secteur. Affichant 250 points en décembre 2015, il ne lui manque plus qu’une vingtaine de points pour retrouver le niveau d’avant crise.

On devrait prochainement savoir si la tendance à la hausse du marché de l’emploi se confirmera en 2016. Les statistiques du mois de janvier des organismes de placement seront bientôt connues. Mais dans les secteurs, des appels du pied sont déjà lancés. Il y a deux semaines, Agoria annonçait avoir 500 postes vacants dans le secteur automobile. Voici quelques jours, les directeurs financiers se déclaraient prêts à recruter en masse. Fin décembre, un sondage réalisé auprès des PME tablait sur une augmentation des embauches en 2016, avec la promesse de créer 11.000 emplois.

Du côté de la Banque nationale de Belgique (BNB), les prévisions de création d’emplois affichent le même optimisme: Après avoir crû de 0,9% en 2015 (31.400 jobs créés), la tendance devrait s’accélérer en 2016. La BNB table en effet sur 40.400 nouveaux emplois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés