Les plateformes européennes vendent peu en ligne hors frontières

©REUTERS

Les sites d’e-commerce à capitaux européens ne prennent à leur compte que 21% du commerce en ligne transfrontalier réalisé par les sites spécialisés. Leur numéro un n’est autre que l’allemand Zalando.

Par nature, le commerce en ligne dépasse les frontières. Mais en Europe, les ventes en ligne transfrontalières ciblant le grand public (le B2C) sont toujours dominées par Amazon. La plateforme américaine a généré l’an dernier 28 milliards d’euros de revenus sur un marché transfrontalier pesant au total 42 milliards.

Les revenus (hors voyages) des sites de vente en ligne spécialisés (les "marketplaces") à capitaux européens plafonnent à 9 milliards d’euros. Un chiffre modeste: il ne représente que 21% du marché global des "marketplaces" d’e-commerce et 17% du total marché transfrontalier réalisés par les commerçants en ligne européens (52,25 milliards d’euros).

"Les plateformes de vente en ligne européennes devraient accroître leurs ventes hors frontières de plus de 50% en 2020."
Carine Moitier
Fondatrice de Cross-Border Commerce Europe

Mais si l’Europe connaît un retard à l’allumage, les choses devraient évoluer dans les années à venir, d’autant que les consommateurs privilégient les "marketplaces" pour leurs commandes fréquentes et répétitives. "Selon nos prévisions, les plateformes de vente en ligne européennes devraient accroître leurs ventes hors frontières de 50% en 2020 pour atteindre 15 milliards d’euros", estime Carine Moitier, fondatrice de Cross-Border Commerce Europe, une plateforme européenne qui vise à stimuler les commerces en ligne et omnicanal à travers le continent.

Certes, les géants du secteur – Amazon, Alibaba, JD. com… – ne resteront pas inertes. "Mais nous pensons que les acteurs européens devraient s’étendre davantage à l’avenir et réduire progressivement l’écart avec les géants de l’e-commerce", précise Carine Moitier.

Zalando, n° 1 européen

Cross-Border Commerce Europe vient d’établir un top 20 des plateformes européennes de vente en ligne les plus présentes sur le créneau transfrontalier.

Ce classement est obtenu en intégrant quatre paramètres: les ventes en ligne transfrontalières en Europe (16 pays comprenant l’Europe de l’Ouest et la Scandinavie), des indicateurs de performance transfrontalière, le nombre de pays couverts et le nombre et le pourcentage de visites transfrontalières. Ne sont en outre pris en compte que les sites de commerce de détail.

©Cross-Border Commerce Europe

Sans grande surprise, c’est l’Allemand Zalando qui occupe le premier rang. Le top 5 est complété par trois plateformes britanniques (Fruugo, Asos et Farfetch) et par le français Carrefour. Bien connu pour son réseau de distribution, celui-ci est aussi un gros acteur européen de vente en ligne. Il est en effet bien positionné dans plusieurs pays du continent, contrairement à un Ahold Delhaize ou un Colruyt, qui s’appuient essentiellement sur leurs marchés domestiques.

Carrefour et la Fnac sont les seuls acteurs multicanaux présents dans ce classement, accaparé pour le reste par les "pure players".

Selon Cross-Border Commerce Europe, la croissance des ventes hors frontières des plateformes européennes devrait émaner aussi bien des grands acteurs déjà bien en place que des plateformes locales en recherche de croissance — comme 2ememain.be ou bol.com. Sans oublier l’émergence de nouveaux marchés de niche européens, déjà très populaires aux États-Unis et au Royaume-Uni, comme par exemple Newegg pour l’électronique, Reverb pour les musiciens ou Zibbet pour les artistes indépendants, les artisans et les collectionneurs vintage.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés