Les PME wallonnes s'inquiètent trop peu de la pérennité de leurs revenus

Feu vert à la gestion opérationnelle des PME, mais feu rouge à leur manière de générer des revenus... ©Photo News

Les PME du sud du pays anticipent-elles suffisamment leurs modes de travail futurs? La CBC et la Louvain School of Management ont passé la question au scanner.

Les petites et moyennes entreprises qui forment le gros du tissu économique wallon sont-elles pérennes? Se préparent-elles suffisamment aux défis à venir? Pour répondre à cette question, la banque CBC, qui mise beaucoup sur la clientèle des PME et qui souhaite les accompagner dans un trajet vertueux, a conclu un partenariat avec la Louvain School of Management (LSM, UCLouvain). Objectif: construire un outil d'évaluation de leur niveau de préparation à l'avenir, autrement dit de leur vision stratégique à long terme.

"Tout au plus la crise a-t-elle accéléré certains mouvements, comme le télétravail et l'e-commerce."
Olivier Morel
Directeur général Marché Entreprises, CBC

Baptisé Scan PME, le nouvel instrument a tourné une première fois en passant au crible un échantillon de 148 PME de différents secteurs et tailles (1 à 10 millions d'euros de chiffre d'affaires). Le travail a été effectué entre 2019 et 2021, ce qui, curieusement, n'a pas fondamentalement modifié ses résultats alors que la crise pandémique s'est invitée entretemps. "En 2019, le premier souci des PME était la digitalisation, explique Olivier Morel, directeur général Marché Entreprises à la CBC. Avec le covid, on a aussi analysé les problèmes des chaînes d'approvisionnement et d'e-business, et on a ajouté la cybersécurité (devenue un risque majeur pour les entreprises) et la responsabilité sociale corporate (CSR) à notre grille d'analyse, mais les tendances de fond sont restées les mêmes. Tout au plus la crise a-t-elle accéléré certains mouvements, comme le télétravail et l'e-commerce."

148
nombre d'entreprises de l'échantillon
Le premier Scan PME a analysé les réactions de 148 PME du sud du pays sur une période de deux ans et demi, de 2019 à 2021.

Amélie Jacquemin, professeur à la LSM, et son équipe ont condensé les résultats du scan sous forme de feux de signalisation: feu vert au critère où les PME wallonnes s'avèrent les plus prêtes (et proactives) pour les défis futurs, feu orange pour celui où leur bilan est mitigé, feu rouge pour celui où elles sont à la traîne. Ces trois signaux ne sont pas ceux auxquels on s'attendait a priori...

Les trois feux

Feu vert... à la gestion opérationnelle. Nos PME sont dotées d'une saine structure de direction, avec de la codécision, des tableaux de bord, des systèmes de gestion à la pointe (ERP...) et des organes de gouvernance qui fonctionnent bien. "Plus la taille de l'entreprise est grande, ou plus elle est de création récente, plus ce feu est marqué vert", commente Amélie Jacquemin, ce qui semble assez logique.

"Les PME ne s'intéressent à l'environnement que par rapport aux coûts."
Amélie Jacquemin
professeur, Louvain School of Management

Feu orange... à l'attention accordée aux dimensions environnementales. "Les PME ne s'y intéressent que par rapport aux coûts, développe Amélie Jacquemin: elles veillent à leurs coûts d'électricité, en vue de les diminuer, mais ne réfléchissent pas à la disponibilité future des matières premières, au recyclage, à la réutilisation... La crise n'a pas été un électrochoc en ce sens pour elles, sauf au premier confinement; elles sont revenues ensuite à leur modèle d'avant crise."

Un constat qui inquiète d'ailleurs la CBC: "Dès septembre prochain, dans notre façon d'évaluer les entreprises, nous intégrerons un volet sur leur impact environnemental, observe Olivier Morel. Si elles n'y prennent garde, à terme une série d'entre elles risquent de devenir indésirables."

Feu rouge... au modèle de revenus. "La plupart des PME se contentent de faire de la vente classique, sans y ajouter de services ou de conseils, sans s'interroger sur la récurrence de leur chiffre d'affaires et sans exploiter les données de leurs clients", relève Amélie Jacquemin. Un constat étonnant, qui montre que "trop peu de PME s'interrogent sur leur avenir", conclut Morel.

La banque et l'équipe de la LSM ont l'intention de continuer à faire tourner leur scan à l'avenir. On sera curieux de refaire le bilan avec eux dans un an, pour voir si les PME se prépareront mieux.

Le résumé

  • La banque CBC et la Louvain School of Management ont construit un Scan PME, un outil permettant de mesurer le niveau de préparation des petites et moyennes entreprises à l'avenir.
  • Ils l'ont utilisé pour passer au crible les stratégies de 148 PME wallonnes de secteurs et tailles variés.
  • Il en ressort que si ces entreprises sont bien équipées en termes de gestion opérationnelle, elles négligent d'analyser leur manière de générer du chiffre d'affaires.
  • Elles se soucient d'environnement, mais uniquement dans une optique de limitation des coûts, ce qui sera insuffisant à l'avenir pour convaincre leurs banquiers.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés