Publicité

Méga deal pour la fintech Ibanfirst soutenue par Niel

Le fondateur, Pierre-Antoine Dusoulier, devient le deuxième actionnaire d'Ibanfirst avec "plus de 25%" du capital contre de l'ordre de 38% jusqu'ici.

Le spécialiste franco-belge des paiements et transferts de devises étrangères à destination des entreprises accueille Marlin Equity au capital lors d'une levée de 200 millions d'euros.

Sa spécialité? Permettre aux entreprises de réaliser des paiements et des transferts en devises étrangères en utilisant les cours en temps réel. Depuis peu, une activité de suivi y était ajoutée tant à destination du payeur que du bénéficiaire afin de savoir où en est une opération à l'instar de ce qui se fait déjà dans la livraison de repas ou de colis.

200
millions €
Ibanfirst vient de lever quelque 200 millions d'euros auprès de Marlin Equity Partners.

Depuis sa création, la stratégie de la fintech a toujours été claire: miser sur la croissance. Avec l'ambition "de rapidement prendre des parts de marché", nous indiquait encore l'an dernier Pierre-Antoine Dusoulier, CEO et fondateur d'Ibanfirst.

Ce qui, évidemment, a un coût. En ce sens, la jeune pousse franco-belge, nichée sur l'avenue Louise, s'est donc rapidement tournée vers des investisseurs extérieurs pour financer ses ambitions. Avec un certain succès puisque ces derniers lui avaient déjà apporté à ce jour près de 46 millions d'euros. Parmi eux l'on citera notamment les fonds Elaia et Bpifrance, ou encore le célèbre homme d'affaires hexagonal Xavier Niel (Iliad, Mediawan), connu notamment pour être à l'origine de l'aventure Free.

Mais, cette fois, la société née en 2013 va un cran plus loin. Et change de ligue. En effet, elle vient de lever quelque 200 millions d'euros auprès de Marlin Equity Partners, apprend-on. Le fonds américain spécialisé dans les logiciels, qui gère plus de 7 milliards de dollars d'actifs, sera désormais actionnaire majoritaire d'Ibanfirst, quand son fondateur en devient deuxième actionnaire avec "plus de 25%" du capital, contre de l'ordre de 38% jusqu'ici.

"On vise les 100 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici trois ans."
Pierre-Antoine Dusoulier
CEO et fondateur d'Ibanfirst

Objectif de l'opération? Soutenir les développements internes - pour doper la croissance organique -, mais aussi démarrer véritablement la consolidation du marché sur le modèle des acquisitions de concurrents hollandais et allemand réalisées en 2019 – pour doper là la croissance externe. L'idée est d'atteindre les 100 millions d'euros de chiffres d'affaires d'ici les trois ans, indique Pierre-Antoine Dusoulier.

À ce stade, la société enregistre entre 15 et 20 millions d'euros de chiffre d'affaires, en croissance de près de 100% par an - ce qui lui vaut d'être reprise dans le classement des entreprises à la croissance la plus rapide d'Europe de nos confrères du Financial Times.

La jeune pousse emploie 250 personnes, dont un peu plus d'une septentaine à Bruxelles et à Anvers. À compter de fin mai, elle avait permis de l'ordre de 2 milliards de transactions.

Demain, elle vise la Hongrie ou encore l'Italie comme prochaines destinations où se développer. Une ligne de crédit de 50 millions d'euros a été sécurisée à cet effet dans le cadre de l'opération du jour.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés