Publicité

Nethys et sa maison mère enterrent la hache de guerre avec la ministre De Bue

©BELGAIMAGE

L'intercommunale Enodia, ex-Publifin, avance dans ses projets de restructuration. Elle va scinder les activités de sa filiale Nethys en deux pôles, avec d'un côté les activités d’intérêt public et de l'autre celles d’intérêt privé. Le groupe va aussi se délester de certaines participations, notamment dans les secteurs jugés très concurrentiels.

Enodia, le nouveau nom de l'intercommunale Publifin, va revoir l'organisation de sa filiale Nethys. Le groupe polymorphe verra ses activités scindées en deux pôles: l'un "regroupant l'ensemble des participations d'intérêt public ou général et destiné à rester pleinement détenu par les actionnaires publics actuels", l'autre regroupant "les activités opérant dans des secteurs concurrentiels."

En outre, les activités du groupe Enodia évolueront "de telle manière à ne plus détenir de participations majoritaires dans les secteurs concurrentiels identifiés par les deux conseils d'administration (d'Enodia et de Nethys, NDLR) en parfaite concertation, le tout en sauvegardant l'intérêt du personnel et des actionnaires publics", explique l'intercommunale. 

Des intentions, mais rien de concret 

Comme indiqué par L’Echo il y a dix jours, après l’étape Resa, entièrement reversé dans Enodia, on passe - en concertation avec le gouvernement wallon - à l’étape Nethys.  

Parmi les activités du groupe appartenant à des secteurs concurrentiels, et dont tout ou partie du capital pourrait être revendu, figurent l'opérateur de télécoms Voo, pour lequel le groupe Telenet manifeste un intérêt de longue date, qui est aussi partagé par l'opérateur Orange, ou la société Elicio, active dans la production d'énergies renouvelables. On pense également aux activités d’assurance de l'intercommunale. On ignore si les Editions de L'Avenir seront également vendues tout ou partie. Nethys possède aussi des participations dans Nice-Matin (34%) et dans La Provence (11%). Deux participations que le conseil d'administration de Nethys envisagerait de céder, indique-t-on à bonne source.

Implicitement, le communiqué d'Enodia et de Nethys confirme aussi que les relations s'améliorent avec la ministre wallonne des Pouvoirs locaux Valérie De Bue (MR). 

Une délégation de l'intercommunale et de sa filiale a rencontré la semaine dernière la ministre Valérie De Bue, à l'initiative de cette dernière, pour confirmer les prises de décision. "Ont été en particulier abordées la mise en place d'un management intérimaire propre à Enodia d'une part et la redéfinition du périmètre d'action du groupe d'autre part", est-il précisé. L’ancrage provincial et la mise en place d’un management ad interim à la tête d’Enodia étaient exigés par la commission Publifin et le gouvernement Borsus. 

Du côté du planning, rien n'est encore fixé. Les autorités wallonnes ne cachent pas leur désir de voir le dossier aboutir avant les élections de mai. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés