Plus de 3 factures sur 10 sont payées en retard

Etre obligé de facturer moins et d'attendre plus longtemps est une mauvaise combinaison, souligne Eric Van den Broele (Graydon) . ©siska vandecasteele

Les délais de paiement continuent à s'allonger tandis que les montants facturés fondent. Gare à l'effet boule-de-neige dans un tissu entrepreneurial fragilisé.

Après une embellie au début de l'année, les délais de paiement des entreprises et des autorités publiques se sont dégradés avec la crise. Au troisième trimestre, à peine 66,63% des factures ont été payées à temps en Belgique, relève le bureau d'analyse de données d'entreprises Graydon. Son indice de paiement est passé à 97,8 pour les trois mois, en léger mieux par rapport au 2e trimestre (96,8) certes, mais toujours à bonne distance de l'indice de référence 100, qui représente une année moyenne, et loin sous les 105, valeur typique d'une économie post-crise. Cela signifie que 33% des factures sont payées en retard (plus de 60 jours) et que la moitié d'entre elles (15,48% du total) ne sont toujours pas honorées après 90 jours. L'amélioration des premiers mois de 2020 a donc été entièrement annulée par la crise et la situation est aggravée par le fait qu'un nombre croissant d'entrepreneurs sont en difficulté en raison des mesures de confinement.

"Même les entreprises qui étaient encore en bonne santé au mois de mars ont maintenant épuisé leurs réserves financières et ont souvent épuisé toutes leurs lignes de crédit."
Danny Van Assche
Directeur général, Unizo

"Même les entreprises qui étaient encore en bonne santé au mois de mars ont maintenant épuisé leurs réserves financières et ont souvent épuisé toutes leurs lignes de crédit. Elles n'ont donc plus de marge pour faire face aux retards de paiement des clients et elles sont elles-mêmes confrontées à des difficultés de paiement", relève Danny Van Assche, directeur général d'Unizo (classes moyennes flamandes). Un effet boule-de-neige est "imminent", conclut-il, les mauvais payeurs impactant les mal payés qui deviennent à leur tour mauvais payeurs, etc.

Cafés, restaurants et événementiel plus atteints

En toute logique, le baromètre des paiements s'avère pire dans les secteurs les plus touchés par la crise pandémique. C'est ainsi que dans le secteur des cafés et restaurants, à peine 44% des factures sont payées à temps et dans celui des services audiovisuels, qui comprennent l'événementiel, ce taux ne dépasse pas 37%.

"Les montants facturés ont diminué en moyenne de 20%, ce qui signifie un cinquième de revenus en moins pour les créanciers-entrepreneurs concernés."
Eric Van den Broele
Directeur R&D, Graydon

Les gouvernements ne se distinguent pas non plus comme bons payeurs, ce qu'on peut regretter plus encore dans une conjoncture de crise comme aujourd'hui. Le gouvernement fédéral paie 66,63% de ses factures à temps, la Région flamande, 65,95%, la Région bruxelloise, 68,15% et la Région wallonne, 68,4%.

Et si le nombre de factures émises n'a pas diminué, les montants en jeu ont fondu, eux. "Les montants facturés ont diminué en moyenne de 20%, ce qui signifie un cinquième de revenus en moins pour les créanciers-entrepreneurs concernés", indique Eric Van den Broele, directeur de la R&D chez Graydon. "Pouvoir facturer moins et devoir attendre plus longtemps pour son argent, voire ne pas l'obtenir du tout, n'est pas une combinaison saine", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés