Publicité
Publicité
analyse

Pourquoi l'enseigne Blokker s'apprête à disparaître en Belgique

Les 123 magasins Blokker vont adopter un concept à bas coûts.

Les 123 magasins et les 670 collaborateurs sont repris par le groupe néerlandais Dutch Retail Groep. Qui va troquer l'enseigne pour le concept low cost Mega World.

Le groupe néerlandais Mirage Retail Group, propriétaire de Blokker, a annoncé la vente des 123 magasins belges et luxembourgeois de l’enseigne à un autre groupe d’Outre Moerdijck: Dutch Retail Groep, piloté par l’homme d’affaires Dirk Bron. Dans les prochains mois, ils évolueront vers une formule discount sous la marque Mega World. En attendant, plusieurs questions se posent.

• Quels sont les maux de Blokker?  

Chaîne un peu fourre-tout proposant à la fois de l’électroménager, des produits d’entretien et de soins, du textile, des jouets et du matériel de jardinage, Blokker n’a pas de positionnement clair. Il souffre de la concurrence de chaînes low cost comme Extra, Action, Trafic, Zeeman, etc. qui proposent des lots d’invendus de produits de grande marque à prix cassés.

La chaîne a aussi raté le train de l’e-commerce. "Ces cinq dernières années, le chiffre d'affaires et les résultats des magasins en Belgique et au Luxembourg ont fortement été sous pression, constate Michiel Witteveen, CEO de Mirage Retail Group. Malgré de nombreuses mesures, nous n'avons pas réussi à changer la donne. Poursuivre l'activité de la sorte n'était plus possible." La chaîne avait ainsi testé différents nouveaux concepts. En vain. L'été dernier, Geert Kampschoër, patron pour la Belgique, arrêtait toutes les rénovations. 

• Quelle est sa situation financière?

Cela fait près de dix ans que son chiffre d’affaires recule en Belgique. En 2018, les ventes ont diminué de 31% à 60 millions d'euros. C'est moitié moins qu'en 2011. Il est vrai qu’en 2017 et 2018, Blokker a fermé 63 de ses 186 magasins. Il a affiché de lourdes pertes en 2016 (pour financer la fermeture des magasins, ce qui a coûté leur emploi à 230 collaborateurs) et en 2018. Selon les syndicats, seule une poignée de magasins – deux à huit – sont dans le vert.

60
millions d'euros
En 2018, Blokker affichait en Belgique un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros, plus de deux fois moins qu'en 2011.

Ce qui explique pourquoi le prix de vente – gardé secret – ne devrait pas dépasser l’euro symbolique selon l’expert en distribution de la Vlerick Business School Gino Van Ossel. "Blokker voulait se débarrasser de ses magasins belges pour stopper l’hémorragie et empêcher les fermetures de magasins et les coûts de restructuration associés."

Cette vente permettra également à Blokker de se concentrer sur l'amélioration des performances de l'enseigne aux Pays-Bas qui affiche, elle aussi, de lourdes pertes. En 2018, l'ensemble du groupe Blokker a vu son chiffre d'affaires diminuer de moitié à 817 millions d'euros, les pertes s’affichant à 344 millions d'euros.

• Que propose le repreneur?

Tous les magasins resteront ouverts et l’emploi – 670 collaborateurs en Belgique et au Luxembourg – sera conservé, assure Mirage Retail Group. Le personnel est, lui, méfiant. Certes il n'est pas question de faillite et une garantie d'emploi est offerte pendant un an, mais après? D’autant que si la nouvelle direction fait état d'engagements supplémentaires, "il s'agit d'emplois à temps partiel et précaires, à savoir des contrats à durée déterminée, des intérimaires", explique Anne-Marie Dierckx de la CNE.

«Blokker voulait se débarrasser de ses magasins belges pour stopper l’hémorragie et empêcher les fermetures de magasins et les coûts de restructuration associés.»
Gino Van Ossel
Expert en distribution à la Vlerick Business School

Sur le plan opérationnel, l'ouverture officielle sous l'enseigne Mega World est prévue en mai. Le nouveau propriétaire veut auparavant étudier le réseau de magasins. Des déménagements ne sont donc pas exclus. La nouvelle formule discount s’inspirera de celles des concurrents à bas prix précités. Les syndicats craignent toutefois que ce nouveau concept soit en fait lancé pour écouler des stocks actuels. Le personnel sera informé de la situation dans les prochains jours. 

• Qui est le nouveau propriétaire?

Dirk Bron, l’homme qui se trouve derrière Dutch Retail Groep, n'est pas un inconnu dans le commerce de détail en Belgique. En 2006, il a acheté la chaîne de textile Superconfex, alors en difficultés. Il voulait convertir cette chaîne de vêtements pour toute la famille en une enseigne d'articles de sport et de marque avec des prix planchers. Un peu comme ce qu’il veut faire avec Blokker. Peu de temps après l'acquisition, il a dû fermer six des quinze magasins. Après une enquête sur une fraude supposée, la chaîne a fait faillite.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés