Publicité

Profession: coach de patrons coureurs

Bernard Joseph, échauffant ses troupes de Running Nation lors des 10 km de l’ULB, dimanche dernier à Bruxelles. ©Thomas De Boever

Plus que quatre semaines avant les 20 km de Bruxelles, la grand-messe du jogging en Belgique. Sur les 40.000 forçats du bitume qui s’élanceront dans les rues de la capitale, des milliers arboreront les couleurs de leur société, avec leur patron en tête de peloton. Aujourd’hui, la course à pied est devenue un outil de team building dans les entreprises, qui font appel à des coachs confirmés.

Avec le printemps, ce ne sont pas seulement les jours qui allongent et les arbres qui fleurissent, ce sont aussi des milliers de joggeurs qui se mettent à arpenter frénétiquement parcs, forêts et chemins campagnards, pour préparer les sacro-saints 20 kilomètres de Bruxelles, l’événement incontournable des adeptes de la course à pied. Cette année, ils seront encore 40.000 à suer sang et eau, le dimanche 31 mai, sur le bitume bruxellois.

Particularité de l’épreuve: elle attire comme un aimant le monde des entreprises: de la SNCB à Proximus en passant par Total, Solvay, Euroclear, Audi ou la banque Degroof, elles sont nombreuses à y inscrire des dizaines, parfois des centaines de collaborateurs. Et leurs patrons ne sont pas les derniers à mouiller leur t-shirt. L’an dernier, les 20 km ont vu défiler des patrons comme Gilles Samyn (groupe Frère), Jean-Pierre Clamadieu (Solvay), Bernard Bayot (NewB) Philippe Marcuz (Shanks). D’autres comme Dominique Leroy (Proximus), Bruno Venanzi (Lampiris) ou Thierry Smets (Puilaetco-Dewaay) sont eux aussi des coureurs chevronnés.

Ces dirigeants ne prennent pas le running à la légère. Beaucoup font appel aux services d’un coach pour entretenir leur condition, préparer des compétitions ou entraîner leurs collaborateurs dans leur sillage. Beaucoup d’entreprises, comme Axa, Total, Solvay, Degroof ou Puilaetco-Dewaay, ont même créé en leur sein des clubs de coureurs ou de triathlètes. Objectif: souder les équipes autour d’une passion commune, tisser des liens en dehors du travail, entretenir la condition physique et essayer de réduire l’absentéisme…

30 marathons au compteur

Bernard Joseph – 52 ans et une trentaine de marathons au compteur, dont les plus prestigieux (New York, Londres, Berlin…) – a fait du coaching de patrons et d’employés son core business. Après une vingtaine d’années en entreprises, ce "Solvay boy", formé au coaching sportif à l’Adeps, est ensuite devenu consultant avant de lancer, avec deux associés, Running Nation, un club de course à pied actif dans le monde de l’entreprise.

"J’ai toujours couru", raconte cet adepte de la course minimaliste (il a fait le dernier marathon de Bruxelles… pieds nus en 3 h 47). "Au fil du temps c’est devenu une passion. Je me suis rendu compte que la course me faisait du bien tant physiquement que mentalement. Interloqué par la problématique de la santé sur le monde du travail, je me suis demandé comment faire passer les valeurs de la course dans l’entreprise." Le déclic viendra de la lecture du magazine américain "Runner’s World", la bible des amateurs du genre: "Ils avaient interviewé des CEO marathoniens, j’ai trouvé ça passionnant de voir ces gens hyperoccupés qui parvenaient à trouver le temps de courir 3 à 4 fois par semaine pour préparer une épreuve aussi exigeante. Tous pointaient les bienfaits que cela leur avait procurés sur le plan physique, mental, de gestion du stress, de confiance en soi et d’efficacité au travail."

Cet adepte des médecines douces, de la méditation et de l’alimentation bio, qui ne se déplace qu’à vélo, pourrait passer pour un intégriste du sport santé et du bien-être: "Cette manière de vivre m’a évité les blessures graves", répond-il. "Je n’ai jamais manqué un marathon." Et à l’écouter argumenter avec enthousiasme sur les bénéfices de la course à pied, on lui donnerait presque le Bon Dieu sans confession: "C’est un sport accessible à tous, il ne demande aucune infrastructure et peu d’équipement personnel; on peut le pratiquer partout à n’importe quel moment. C’est aussi un sport efficace: on se sent vite mieux, une heure de jogging équivaut à deux heures de vélo." Mais ce que Bernard Joseph aime surtout mettre en avant, ce sont ses vertus sur le plan collectif, alors qu’il s’agit d’un sport individuel: "C’est un extraordinaire outil de team building: sur la route comme dans les vestiaires, toutes les hiérarchies s’estompent." Des clichés? Peut-être. Toujours est-il qu’il les exploite à fond.

Business run

D’abord en coachant des managers et leurs équipes en quête d’une simple remise en forme ou d’exploits sportifs: technique de course, endurance, récupération, échauffements, étirements, etc. Sans oublier l’indispensable coaching mental. Des patrons de la trempe de Dominique Leroy (Proximus) Bruno Venanzi (Lampiris), Eric Everard (Artexis) ou Philippe Marcuz (Shanks), etc., s’en sont remis à son savoir-faire.

Ensuite, en lançant toute une série de courses destinées au monde de l’entreprise, ce qu’il appelle des "business run". Comme l’Immo Run qui voit s’affronter, par équipes, les professionnels de l’immobilier en septembre dans le parc de Woluwé. La 6e édition a réuni 260 équipes, soit près de 800 coureurs. "C’est un outil de team building, mais aussi de networking, les participants et leurs proches se trouvant après la course autour d’un dîner", relève son maître d’œuvre. Le succès de l’Immo Run a poussé Bernard Joseph à étendre le concept au secteur de la construction, avec le Bati Run dont la prochaine édition aura lieu le 7 mai, le Green Energy Run, pour le secteur de l’énergie verte et le Finance Run, pour le monde de la finance luxembourgeois, ces deux derniers événements étant désormais gérés par ses deux anciens associés. Il fut aussi coorganisateur du Brussels Job marathon, épreuve par équipes, mêlant demandeurs d’emploi et employeurs.

Un véritable filon qui semble déclinable à tout secteur d’activités. Y compris philanthropiques: le 10 octobre, il organise le Bigathlon, un défi sportif en équipe, à travers trois pays (Belgique, Allemagne, Luxembourg) pour illustrer la nécessaire collaboration internationale afin d’accélérer la recherche de meilleurs traitements contre le cancer du sein. L’objectif est de récolter plus de 500.000 euros. La course est accessible aux entreprises.

En attendant, Bernard Joseph lancera, le 21 mai, son nouveau bébé: l’X-Pat Run, un business run (course par équipes de trois, sur 9, 6, ou 3 km), destiné aux expatriés et aux collaborateurs qui travaillent pour des sociétés et des institutions internationales, ainsi qu’aux étudiants en classe terminale des écoles internationales. Le tout est suivi du traditionnel networking. Il espère réunir entre 50 équipes dans le parc de Woluwé.

Intarissable sur le sujet, Bernard Joseph estime que ces événements ne servent à rien s’ils ne s’inscrivent pas dans une culture d’entreprise: "Ce sont d’excellents outils de team building, mais, à l’heure des discours sur la responsabilité sociale des entreprises, il faut aller plus loin et intégrer ces valeurs de santé, de bien-être, de solidarité au quotidien dans l’entreprise. Une boîte comme Lampiris, par exemple, l’a bien compris."

Le cofondateur du fournisseur d’énergies vertes, Bruno Venanzi, a ainsi lancé des séances de coaching en course à pied dans son entreprise. Ce fondu de sport (il est pour rappel vice-président du Standard de Liège) qui a fait son dernier marathon au… Pôle Nord en octobre dernier, souligne l’apport de son coach: "Il m’a fait un plan d’entraînement spécifique et m’a aussi beaucoup aidé sur le plan mental ce qui m’a permis d’atteindre mon objectif." Son prochain challenge ? Le Marathon de la Jungfrau en Suisse, le plus important marathon de montagne au monde. Bernard Joseph sera sans doute à nouveau sollicité.

La reine des 20 km

Catherine Lallemand, 34 ans, a pu s’appuyer elle, sur sa notoriété et son palmarès pour lancer ses activités de coaching en entreprises. Championne d’Europe de course de montagne, championne de Belgique de cross-country, cette diplômée en éducation physique est surtout connue pour être le quadruple vainqueur des 20 km de Bruxelles.

Une jolie carte de visite qui lui a ouvert les portes d’entreprises comme Degroof, Puilaetco Dewaay, Axa, Deutsche Bank, et de cabinets d’avocats du Barreau de Bruxelles. Que cela soit pour coacher des patrons, des managers ou de simples employés au travers de sessions de trois mois, à raison de deux séances d’une heure par semaine: "A l’approche des 20 km, il y a évidemment beaucoup de demandes", avoue-t-elle au sortir d’un entraînement avec des employés de Puilaetco Dewaay en Forêt de Soignes.

Que pense-t-elle de cet engouement pour le running dans le milieu du business? "Dans un univers professionnel de plus en plus stressant, il y a une vraie prise de conscience de la nécessité de prendre en main sa santé", indique-t-elle. "Chacun a aussi besoin de défis personnels, beaucoup sentent la nécessité d’aller au bout d’eux-mêmes. Je suis ainsi un peu devenue leur psy, surtout les femmes qui se confient davantage. Les hommes, eux, sont plus axés sur la performance!"

Mais la championne ne se limite pas à entraîner des patrons qui cultivent l’esprit de compétition comme une seconde nature: "Non, je forme des gens qui n’ont jamais fait de sport ou d’autres qui ont arrêté toute activité physique, mais qui veulent profiter de leur pause de la mi-journée pour se remettre en forme. De plus en plus d’entreprises encouragent cela."

Et comme sa carrière sportive est derrière elle, Catherine Lallemand prend désormais le jogging comme un simple plaisir. Qu’elle entend faire partager autour d’elle: "Lors de mes coachings, je me suis aperçue que beaucoup de gens adoraient courir, mais que la compétition leur faisait peur. J’ai alors imaginé le concept Hype Pop Run, un parcours dans une ambiance fluo et nocturne, avec DJ, animations, etc. Le but est simplement de faire du sport en s’amusant." Après une expérience réussie fin 2015, trois éditions sont déjà prévues l’automne prochain. Car pour paraphraser les ex-Snuls: "La course à pied est un plaisir et doit le rester."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés