Projet de reprise pour le fleuron wallon Issol

©Roger Dohmen

L’homme d’affaires Alexandre Dallemagne serait candidat pour relancer l’activité.

Un candidat repreneur s’est présenté auprès des curateurs d’Issol, cette société wallonne spécialisée dans les panneaux photovoltaïques et les vitrages intelligents qui avait fait faillite le 30 septembre dernier. La nouvelle a filtré suite à un échange entre le ministre wallon de l’Économie Willy Borsus (MR) et le député Olivier Biérin (Ecolo) au Parlement wallon: à une question du député, le ministre avait répondu qu’un projet de reprise de l’entreprise faillie avait été déposé auprès des curateurs.

Il s’agirait, selon les journaux du groupe Sud Presse, d’Alexandre Dallemagne. En voyage sur l’autre rive de l’Atlantique, ce dernier n’a pas pu confirmer l’information. Cet homme d’affaires dirige la société d’investissement Sodaphi. Il s’est indirectement investi dans le sport automobile et en particulier dans le Championnat de Formule E (voitures électriques) via une participation dans la société Spark Racing Company. Il est par ailleurs associé aux familles Bosquin, Léonard et Ghelen dans So Impact, un club d’investisseurs de la région de Liège et Verviers qui vise les prises de participations dans des projets à impact sociétal ou environnemental. Contactés, d’autres membres du club nous ont répondu que ce le dossier Issol n’est pas arrivé sur la table de So Impact.

L’homme d’affaires Alexandre Dallemagne serait candidat pour relancer l’activité.

Si le projet de reprise est avalisé, il s’agirait de relancer rapidement l’activité, histoire de pouvoir capitaliser sur la réputation toujours accolée au nom d’Issol. Cela permettrait également de réengager tout ou partie du personnel de l’ancienne société, qui serait en grande majorité toujours disponible. Outre l’accord de la curatelle, le projet nécessiterait le feu vert de deux banques: l’un des deux serait déjà acquis, selon Sud Presse, l’autre resterait en suspend.

Créée en 2006, Issol s’est bâti une solide renommée dans l’habillage en verre intelligent de bâtiments emblématiques en Belgique et dans le monde. Elle a souffert l’an dernier d’une chute des ventes de panneaux solaires standard et de la baisse des prix consécutive au retrait des droits de douane européens sur les importations de Chine.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect