edito

Télé-diriger, le nouveau défi

Journaliste

Le management doit se réinventer lui aussi.

Il faut prendre le message comme une alerte: un tiers des employés et cadres sondés par le bureau de recrutement Michaël Page en Belgique critiquent la communication de leurs dirigeants sur le passage au télétravail et la régorganisation que cela implique pour eux. Rien de dramatique en soi, d'autant moins que 38 autres pourcent des travailleurs se montrent satisfaits, mais cela signifie tout de même que nombre d'entreprises peuvent et doivent mieux faire. C'est important, car la digitalisation du travail est cette fois bien en marche. Et pour certains experts, il y a des "chances" qu'on ne fonctionnera plus jamais comme avant le virus.

On doit apprendre rapidement à combiner télétravail, interactions sociales et face-à-face. C'est nouveau pour la plupart des sociétés et donc pour leurs dirigeants qui ont eux aussi un sacré défi à relever: revoir leurs canaux de communication avec leurs collaborateurs dans le nouveau contexte de distanciation sociale. Un bon management d'équipe nécessite trois ingrédients de base: une saine communication, la création (et le maintien) d'un climat de confiance, ainsi qu'un alignement permanent des objectifs poursuivis. La crise pandémique et les mesures de (re)confinement qu'elle nécessite rendent leur maîtrise plus délicate qu'avant. Pour bien faire, chaque chef d'entreprise devrait réévaluer ses pratiques en la matière dans le nouveau contexte. Et y réinvestir une partie de son précieux temps.

L'heure est venue de se réinventer, de rebâtir un mode de gestion des ressources humaines apte à supporter... d'autres chocs de type pandémique à l'avenir.

L'étude de Page met en évidence des lacunes dans la comm' des entreprises. Précédemment, une étude du chasseur de têtes Heidrick & Struggles sur le même sujet avait insisté sur le retour de la confiance, mise à mal par le "lockdown" et les télé-relations. Les deux messages convergent: l'heure est venue de se réinventer, de rebâtir un mode de gestion des ressources humaines apte à supporter... d'autres chocs de type pandémique à l'avenir. Les dirigeants avisés transformeront la contrainte en opportunité, de manière à mieux positionner leurs entreprises pour la relance. On ajoutera qu'a priori, ce "challenge" n'affecte pas le niveau d'emploi: il n'est pas question ici de restructurer, mais de remotiver pour continuer à créer de la plus-value. Et retrouver des raisons de recruter.

Lire également

Messages sponsorisés