Telenet remet son offre pour Brutélé sur la table

Le CEO de Telenet, John Porter, n'avait pas hésité à aller vendre des gaufres, en novembre, dans la capitale pour souligner son appétit pour ce territoire stratégique. ©doc

Dans une lettre adressée au conseil d'administration de Brutélé, l'opérateur télécom a rappelé avoir fait offre sur l'intercommunale fin avril 2018 déjà - de l'ordre de 330 millions, entendait-on à l'époque. Une opération qui lui permettrait, notamment, d'acquérir l'ensemble du câble à Bruxelles.

Telenet reste intéressée par l’acquisition de Brutélé. Tout comme vous, nous lisons dans la presse que VOO SA a été vendue à un fonds d'investissement étranger, mais nous lisons en même temps que Brutélé ne l’a pas encore été. C'est pourquoi nous avons réitéré notre intérêt pour le rachat de Brutélé", écrit l'opérateur dans un "statement" qui nous a été transmis. Une lettre datée du 17 septembre a officialisé cette position auprès de Brutélé.

Pour rappel, une offre de rachat non liante avait été envoyée par courrier au conseil d’administration de l'intercommunale de télédistribution au mois d'avril de l'année passée déjà, comme nous l'annoncions à l'époque.

330
millions d'euros
Mi-avril de l'année passée, Telenet avait fait part d'une offre chiffrée d'entre 330 et 360 millions d’euros au CA de Brutélé, entendait-on. L'opérateur rappelle que celle-ci tient toujours.

Le montant n'en avait pas été révéléÀ bonne source, l'on parlait toutefois d'une somme proposée d'entre 330 et 360 millions d’euros. De son côté, Enodia, privilégié par Brutélé, propose acutuellement 250 millions d'euros. En fait, à en croire un courrier dont nous avons pu prendre connaissance, l'intercommunale serait valorisée entre 270 et 335 millions d'euros, sous réserve d'un audit approprié, apprend-on.

Avec cette relance, Telenet dit désormais espérer que "Brutélé prendra contact avec nous pour en discuter plus en détail". Et pour cause, l'opérateur se présente comme, "depuis toujours, un investisseur à long terme qui souhaite proposer les meilleurs réseaux et les meilleurs services pour répondre aux besoins de ses clients, y compris dans le futur".

En rachetant SFR Belux fin décembre 2016 pour 400 millions d’euros, l'entreprise avait mis la main sur le câble à Bruxelles-Ville, Molenbeek, Anderlecht, Woluwe-Saint-Lambert, Saint-Josse, et Watermael-Boitsfort, complétant ainsi l'infrastructure dont elle disposait déjà (à Jette, Forest, Ganshoren, Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe, Schaerbeek et Etterbeek). Soit une présence de deux tiers du territoire au total.

John Porter, CEO, avait alors déjà déclaré à l'époque être "bien sûr" intéressé par le tiers restant de la capitale, bastion détenu par Brutélé (Ixelles, Auderghem, Saint-Gilles, Woluwe-Saint-Pierre, Evere et Uccle). Un désir qui se donne à connaître une nouvelle fois. Et ce, le jour même où l'intercommunale tient son conseil d'administration, en soirée.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n