Tradyglass veut promouvoir les trappistes dans les festivals

En attendant l’essor de la marque Alter Glass, l’activité principale de Tradyglass restera la décoration de verres bruts. ©anthony Dehez

La gobeleterie de Soignies s’est lancée dans la fabrication de verres en polymère réutilisables et recyclables sous la marque Alter Glass. Objectif: ouvrir le marché des grands événements populaires aux bières spéciales.

L’illusion est parfaite. Il faut vraiment prendre l’objet en main pour se rendre compte qu’il est beaucoup plus léger qu’un classique – et lourd – verre à bière pour une trappiste belge bien connue. Ce "faux" verre en polymère, c’est le pari audacieux tenté par Frédéric Willems, le patron de Tradyglass, une petite gobeleterie de Soignies spécialisée jusqu’ici dans la décoration de verres bruts, produits par d’autres.

Avec ce produit innovant, cet ancien responsable marketing du poids lourd local du secteur – Durobor bien sûr – répond à une demande des brasseries trappistes et d’abbaye: proposer un verre à bières spéciales qui puisse être utilisé lors de grands événements comme les festivals. Des manifestations populaires où, pour des raisons de sécurité ou de facilité, seules les pils ou quelques blanches ont le droit de cité car pouvant être proposées dans des gobelets en plastiques jetables. Depuis toujours, la spécificité des très nombreuses bières d’abbaye et trappistes, qui doivent pour leur part être servies dans de véritables verres de type calice fabriqués expressément pour la marque, a empêché bon nombre de ces brasseurs spécialisés de prendre pied dans les concerts, apéros urbains et autres festivités de masse…

Pour s’imposer sur ce nouveau créneau potentiel, il fallait un produit innovant et de qualité. D’autant que l’Europe a déclaré la guerre au plastique à usage unique. "On ne parle pas ici de simples gobelets jetables, fait valoir Frédéric Willems. Il s’agit d’un verre en polymère (SMMA) réutilisable ils sont lavables jusqu’à 80 degrés en lave-vaisselle et recyclable", explique le patron de la petite société sonégienne. Le SMMA est un copolymère sans bisphénol A qui peut remplacer le polycarbonate et d’autres polymères transparents.

Afin d’atteindre le niveau de qualité recherché, Frédéric Willems a dû fouiller pour trouver la bonne machine, capable de fabriquer le produit idéal grâce à des procédés novateurs, comme la surinjection. "Deux ans de réflexions et d’études ont été nécessaires avant de lancer concrètement le projet, précise-t-il. Une marque – Alter Glass – a été déposée.

La production a été lancée il y a quelques semaines et les verres ont été livrés à la brasserie de Chimay, car c’est bien d’elle qu’il s’agit. D’autres clients se profilent déjà, se réjouit Frédéric Willems, qui table sur un véritable envol du produit en 2019. Dans l’attente de la percée espérée, l’activité principale de Tradyglass restera encore longtemps la décoration de verres à bière classiques et de bouteilles.

L’an dernier, l’entreprise – qui est détenue à 100% par Frédéric Willems –, ainsi que sa petite filiale française basée à Beaune, ont réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 8,5 millions d’euros, dont une très large partie sur le marché belge et dans le secteur brassicole. La croissance de la société, qui est bénéficiaire, devrait permettre de dépasser les 10 millions d’euros cette année.

L’entreprise a achevé l’installation d’une nouvelle machine numérique qui va permettre d’accroître les cadences. Cette quatrième ligne de production, dotée d’équipements de contrôle sophistiqués, a permis le recrutement de quelques travailleurs supplémentaires, ce qui porte l’effectif de Tradyglass à trente-deux personnes. Anticipant de nouveaux succès commerciaux, le patron étudie par ailleurs l’extension de ses halls de production et de stockage (environ 5.000 m2 de surface utile) du site sonégien.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content