Publicité

Un demandeur d’emploi sur six a suivi une formation en Wallonie

©Photo News

Seul un tiers des demandeurs d’emploi en formation a suivi avec succès une formation dans les métiers en pénurie.

La reprise économique en Belgique est handicapée par la problématique des métiers en pénurie. Nombre de professions ne trouvent pas de candidats, malgré un chômage élevé. Ce paradoxe d’inadéquation entre l’offre et la demande pose la question des formations enseignées au sein des organismes de placement. Les chiffres sont sans appel: en l’état actuel, ni le Forem, ni Bruxelles Formation, les organismes publics respectivement wallon et bruxellois chargés de la formation professionnelle, ne parviennent à suivre la cadence.

Ainsi de la Wallonie. Selon les statistiques de 2019, dernière année "normale" avant la crise sanitaire, 32.431 demandeurs d’emploi, soit un sur six, ont suivi une formation au Forem.

Vers l'externalisation des formations

Et parmi ces candidats, un sur trois est sorti avec succès d’une formation pour un métier en pénurie. C’est largement insuffisant aux yeux d’Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l’Union wallonne des entreprises (UWE), qui prône l’externalisation des formations vers des opérateurs privés. "Actuellement, le Forem a une forme de monopole en matière de formations. Il coûte cher et son efficience n’est pas optimale."

"Si on oblige quelqu’un à suivre une formation dans une filière qu’il n’aime pas, ça ne fonctionnera tout simplement pas"
Olivier Valentin
CGSLB

Le même de Wasseige réclame également une "politique de sanctions cohérentes, allant au-delà de celle en place aujourd’hui". Ces propos  font écho à ceux du président du MR, Georges-Louis Bouchez, qui a récemment suggéré d’exclure du chômage ou du CPAS les chômeurs de longue durée – plus de deux ans – qui refuseraient deux formations et/ou deux emplois pour un métier en pénurie.

"Si on oblige quelqu’un à suivre une formation dans une filière qu’il n’aime pas, ça ne fonctionnera tout simplement pas", rétorque Olivier Valentin (CGSLB). Le débat n’est pas près de s’éteindre…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés