Publicité

Un nouvel actionnariat de poids pour nWave, le "Pixar belge"

"The Queen’s Corgi", nouvelle production nWave, fait déjà parler d’elle sur les réseaux sociaux. ©nWave Pictures

Le studio d’animation bruxellois accueille un trio de nouveaux actionnaires qui deviennent majoritaires. Objectif: assurer le développement et la pérennité de l’entreprise. NWave sortira son nouveau film au printemps 2019.

Nouveau tour de table pour le studio nWave. Cofondé en 1994 par Ben Stassen (apparenté à la cidrerie bien connue), Caroline van Iseghem et Eric Dillens, ce studio d’animation bruxellois, qui titille les géants hollywoodiens du secteur, a vu un trio d’investisseurs prendre une participation majoritaire (51%) dans son capital. Une montée en puissance ultérieure n’est pas exclue.

NWave
  • Activité: studio d’animation 3D
  • Création: 1994
  • Localisation: Bruxelles (Forest)
  • Dirigeants: Ben Stassen, Caroline van Iseghem, Eric Dillens
  • Productions: huit longs métrages d’animation depuis 2006
  • Chiffre d’affaires: 18 millions d’euros en 2017

Ce trio est emmené par le groupe français MZM, fondé par Matthieu Zeller, ex-dirigeant de Studio Canal, la société de production du groupe Canal +, laquelle détenait jusqu’en 2017 49% de nWave avant de céder ses parts aux fondateurs. Les deux parties se connaissent donc bien. MZM a entraîné dans son sillage le groupe Belga, via sa filiale active dans la levée de fonds tax shelter Belga Film Fund. Le troisième partenaire est Wallimage Entreprises, entité du fonds régional Wallimage dédiée aux investissements dans les entreprises audiovisuelles.

Pour mener l’opération, ces trois partenaires ont créé la société anonyme Next Wave, dotée de 2,630 millions d’euros de capital et basée au siège de Belga à Braine-l’Alleud. "Cette association nous permettra de pérenniser et développer l’activité du studio pour produire des contenus toujours plus ambitieux", indique le trio fondateur de nWave, qui restera à la barre pour au moins cinq ans. L’an dernier, nWave a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 18 millions d’euros, deux de plus qu’en 2016.

Initialement actif dans les films 3D pour parcs d’attraction, musées, etc., nWave s’est lancée en 2006 dans les longs métrages d’animation en 3D. Avec quelques jolis succès à la clé qui lui ont valu le surnom de "Pixar belge": "Le voyage extraordinaire de Sammy" (son plus gros succès avec près de 12 millions de spectateurs et 100 millions de dollars au box-office), "Fly me to the moon" (43 millions de dollars), "Bigfoot junior" (8 millions d’entrées), "Robinson Crusoé" (6,5 millions d’entrées), etc. Au total, les huit longs métrages produits par nWave, et réalisés par Ben Stassen, ont généré 300 millions de dollars de recettes dans le monde. Sa dernière production en date, "The Queen’s Corgi", est bien partie pour suivre la même voie. Le film ne sortira qu’au printemps 2019, mais il a déjà été vendu dans plus de 60 territoires, alors que sa bande-annonce fait le buzz sur les réseaux sociaux avec plus de 20 millions de vues.

Autant de succès qui ont amené MZM à s’intéresser à ce studio basé à Forest et qui emploie jusqu’à 120 collaborateurs en période de rush. "nWave est une pépite européenne, nous voulons en faire une marque mondiale, une référence dans le divertissement familial, s’enthousiasme Matthieu Zeller. Nous les connaissons depuis longtemps, ce sont des amis. Mais après avoir quitté le giron de Studio Canal, ils avaient besoin de s’adosser un partenaire pour gérer le financement et la distribution, qui ne sont pas leurs métiers, ceci tout en gardant leur indépendance car nous sommes avant tout des associés." Matthieu Zeller pointe aussi le côté totalement intégré du studio: "Tout est fait en interne, ce qui permet une meilleure efficacité et garantit une grande cohérence en termes de création", dit-il.

nWave n’est pas non plus étranger à Belga. Au contraire. "Nous les connaissons bien car nous avons déjà distribué leurs films et levé des fonds pour deux d’entre eux", indique son COO, Jérôme de Béthune. Cet investissement est une nouvelle étape dans notre stratégie de diversification."

Né il y a plus de 80 ans, Belga était initialement actif dans la distribution de films, il s’est ensuite étendu dans la production, le financement (Belga Film Fund) et l’exploitation (le cinéma White à Docks Bruxelles).

Quant à Wallimage Entreprises, il entend par cet investissement "développer le secteur de l’animation en Wallonie", indique sa directrice générale, Virginie Nouvelle. Un secteur incarné surtout par Dreamwall à Marcinelle et Waooh! à Liège. La création d’une filiale d’animation en Wallonie est dès lors envisagée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés