Unifiedpost rachète son concurrent suédois 21 Grams

Le patron d'Unifiedpost, Hans Leybaert, lors de son entrée en bourse en septembre dernier. ©Kristof Vadino

La société nouvellement cotée en bourse, Unifiedpost, acquiert pour quelque 40 millions d'euros, son homologue suédois 21 Grams. Elle met aussi la main sur deux jeunes entreprises en croissance, BanqUP et Akti.

Unifiedpost a fait son entrée en bourse il y a trois mois. Après Hyloris et Nyxoah, il s’agissait de la troisième introduction sur Euronext Bruxelles en 2020.

Grâce aux fonds récoltés, la fintech souhaitait poursuivre sa stratégie de croissance externe – déjà très active. Trois mois plus tard, Unifiedpost joint le geste à la parole en réalisant pas moins de trois acquisitions. Avec les jeunes entreprises en croissance BanqUP et Akti, la société de fintech met la main respectivement sur un spécialiste des services bancaires (dans le jargon, une «néobanque») et sur une start-up qui propose des solutions commerciales et de commerce en ligne aux PME. De quoi lui offrir un accès aux portefeuilles de clients des deux jeunes entreprises, dont de nombreuses PME. Désormais, elle pourra proposer ses propres services à ces entreprises, a indiqué Hans Leybaert, le CEO de Unifiedpost.

Services postaux

Mais l’acquisition de 21 Grams est la plus importante transaction des trois. La société suédoise fait partie des acteurs qui misent clairement sur la libéralisation des services postaux en Scandinavie. Une partie importante de ses activités porte sur la distribution de documents et de colis. Mais Unifiedpost s’intéresse surtout à l’autre pilier de l’entreprise: le traitement des factures sortantes pour de grandes entreprises (21 Grams sert plus de 800 clients).

40
millions d'euros
Unifiedpost valorise 21 Grams à quelque 40 millions, dettes incluses.

21 Grams réalise un chiffre d’affaires de 77 millions d’euros, presqu’autant que l’ensemble du groupe Unifiedpost. La facturation, que l’entreprise belge considère comme une activité-clé, ne représente "que" 21,6 millions d’euros. Mais la marge bénéficiaire y est pratiquement trois fois plus élevée que celle de la division de distribution de colis et de courrier. Unifiedpost conservera-t-elle ces activités non stratégiques? "Nous avons pour objectif de digitaliser progressivement ces activités", répond Hans Leybaert.

Avec ces trois acquisitions, nous faisons un pas de plus vers la mise en place d'une plate-forme paneuropéenne.
Hans Leybaert
CEO d'Unifiedpost

Unifiedpost paiera aux actionnaires de 21 Grams (c’est-à-dire quelques familles) 7,5 fois le bénéfice brut d’exploitation (EBITDA) de 4,6 millions d’euros, soit 34,5 millions d’euros. Si l’on inclut les dettes, le coût de la transaction se monte à 40 millions d’euros. La fintech belge paie la majeure partie de la facture (93%) en numéraire et le solde (7%) en actions.

"Je suis convaincu qu’avec ces trois acquisitions, nous faisons un pas de plus en direction de la mise en place d’une plate-forme paneuropéenne de traitement de documents, de cartes d’identité et de services de paiement", ajoute Leybaert.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés