tribune

Vers un "reset global" de notre manière de faire et d’être en entreprise

Virtuology Academy

Dans les prochains mois, entrepreneurs, indépendants, chefs d’entreprise vont devoir repenser totalement leur manière de fonctionner et changer la vision de leur quotidien. Ils vont devoir innover à tous les niveaux.

La crise du Covid-19 est une mer incertaine qui n’en finit pas de tout bousculer et de faire des vagues. Sanitaires, économiques, psychologiques.

Depuis plus d’un an, les entreprises sont confrontées à des défis qu’elles ne pensaient jamais devoir relever. Il a en effet fallu revoir presqu’entièrement et en un laps de temps très court, la gestion des équipes, la gestion des horaires, la gestion des services, la gestion des fournisseurs et des livraisons, la gestion des clients et même s’interroger sur la pérennité de certains produits.

Alain Heureux.

D’ici quelques mois, la vaccination va permettre de reprendre une vie qu’on espère tous la plus normale possible. Mais faut-il que les entreprises reprennent leur vie d’avant ? Est-ce souhaitable ? Et est-ce seulement possible ?

Une autre question essentielle reste posée : « Comment continuer à être performant et à exister dans un contexte où tous les repères sont différents de ce qu’ils étaient ? ». Une partie de la réponse tient en un mot : innovation. Et ce mot va devoir plus que jamais être gravé à l’entrée de nos bureaux et salles de réunion.

Le VUCA devenu BANI

Dans les années 80, l’armée américaine a inventé le concept de VUCA pour définir l’environnement complexe auquel elle était parfois confrontée lors de certaines de ses missions. Vuca pour Volatility, uncertainly, complexity et ambiguity.

Dans les années 90, ce concept s’est popularisé en entreprise et a été utilisé pour définir certaines réalités et difficultés rencontrées en entreprise. Il fallait trouver des ressources et des idées pour faire face à cette volatilité, incertitude, ambiguïté et complexité.

Aujourd’hui, avec la crise du covid, ce modèle est questionné et un autre apparaît, le BANI. Le BANI pour Brittle (fragilité), Anxious (anxiété), Non linéaire et Incompréhensible, des mots qui permettent de comprendre la fracture qui s’est opérée dans le monde depuis un an.

L’erreur serait en effet de croire qu’on a fait une pause. Et qu’on va pouvoir appuyer sur Play pour reprendre le cours de l’histoire de notre société comme si de rien n’était.

Une fracture dont les responsables d’entreprise doivent prendre la mesure. On ne pourra pas, en septembre, recommencer le management et notre manière de faire du business comme nous l‘avons fait jusqu’en mars 2020. L’erreur serait en effet de croire qu’on a fait une pause. Et qu’on va pouvoir appuyer sur Play pour reprendre le cours de l’histoire de notre société comme si de rien n’était. Non, il s’agit ne s’agit pas d’une pause, mais bien d’un "reset global" de notre manière de faire et d’être en entreprise.

Rapport à l'autorité

Dans les prochains mois, les entrepreneurs, les indépendants, les chefs d’entreprise (petites ou moyennes) vont devoir repenser totalement leur manière de fonctionner et vont devoir changer la vision de leur quotidien. Ils vont devoir innover. Mais comment se repenser et se réinventer? Et que savons-nous de ce qui pourrait arriver?

La hiérarchie va devoir évoluer. Tout laisse à penser que nous allons aller vers une hiérarchie par projets.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Il faut évidemment innover dans l’organisation des entreprises. Il faut aussi innover dans notre rapport au leadership. Beaucoup de Belges ont appris à travailler seuls, souvent de manière efficace, alors qu’ils étaient habitués à de longues réunions et à une hiérarchie pyramidale figée. Il faut innover dans notre rapport à l’autorité. La hiérarchie va devoir évoluer. Tout laisse à penser que nous allons aller vers une hiérarchie par projets.

L'organisation se libère...

Notre approche globale du travail va devoir être innovante. Nous savons ainsi que les termes de Résilience, d’Empathie, d’Adaptabilité et de Transparence seront les meilleures armes contre le BANI. Il faudra trouver des manières de les amener au travail.

Ma conviction est que le monde du travail post-covid va nous mener à penser à mettre le bonheur de nos collaborateurs au centre du débat. Il est fort probable, enfin, que nous allons devoir donner plus de responsabilité et de droits d’initiative à des collaborateurs qui ont appris à en prendre ces derniers mois.

Préparez-vous dès maintenant au retour de vos équipes, dessinez-vous un roadmap actionnable dans lequel le leadership va permettre de développer de nouvelles compétences et dans lequel l’organisation se libère en plaçant l’humain et la raison d’être au centre des débats…

Alain Heureux
Entrepreneur, formateur MBA, directeur général de Virtuology Academy

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés