Voici à quoi ressemblera l'avenir de Nethys

©BELGAIMAGE

VOO, Win, Elicio, Integrale. La découpe des actifs concurrentiels de Nethys est organisée. Les communes trancheront.

Alea jacta est. Acculé par les pressions politiques et les fuites récentes sur la revente de certains des actifs concurrentiels, le conseil d’administration de Nethys a dévoilé l’ensemble de ses plans samedi aux administrateurs d’Enodia, sa structure faîtière représentant les communes actionnaires de l’intercommunale liégeoise. On se dirige vers plusieurs deals du siècle en Wallonie. C’est, ni plus ni moins, l’avenir industriel de la province de Liège qui se jouera le 25 septembre, date à laquelle les administrateurs d’Enodia doivent se prononcer sur le plan sur la table.

Dix mois ont été nécessaires depuis le mandat donné par Enodia d’orchestrer une vente des participations dans des activités concurrentielles comme l’ordonne le décret wallon post-Publifin. Nethys se sera fait accompagner par McKinsey et plusieurs cabinets d’avocats, et Enodia par PwC et Matray.

Le plan

Dans l’énergie renouvelable, Nethys propose de céder Elicio et ses participations offshore à Ardentia, dont les actionnaires seront François Fornieri et John Cockerill (CMI).

Une offre lie aujourd’hui Nethys au fonds américain de private equity Providence sur l’activité télécom (VOO, Be tv). Elle est conditionnée au rachat préalable du câble de Brutélé par Nethys.

Les activités assurances (Integrale) seront logées dans un nouveau véhicule privé basé au Luxembourg au sein duquel l’assureur français Apicil est voué à rejoindre la paire Ogeo/Nethys, ce dernier étant minorisé.

Dans l’énergie renouvelable, Nethys propose de céder Elicio et ses participations offshore à Ardentia, dont les actionnaires seront François Fornieri et John Cockerill (CMI), avec pour ambition de l’adosser au nouveau pôle de développement énergie mis en place par le géant liégeois.

©MEDIAFIN

Les participations dans la presse française ont déjà été cédées à Xavier Niel. Pour L’Avenir, Nethys dispose de trois offres et annonce un accord imminent.

Et puis, il y a Win, dépiauté de sa partie "services" logée dans VOO. C’est François Fornieri qui se profile "pour sauver l’emploi (80 personnes) et l’adosser à un autre acteur ICT", précise le patron de Mithra. Pour Pierre Meyers, président de Nethys, "tout a été mené avec deux seuls objectifs. Un, le respect de l’actionnaire: pour que province et communes y trouvent leur meilleur compte financièrement. Deux, préserver l’emploi à Liège et garantir l’ancrage."

Reste la façade, qui a déjà fait sortir le politique de ses gonds: l’impression d’arrangements entre Liégeois, que Nethys aura du mal à effacer. Et cette phrase concernant le management, pourtant validée par les ministres concernés: les membres du top management actuel vont quitter Nethys… et poursuivre leurs carrières respectives dans la sphère des activités privatisées.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect