Carrefour Belgique se prépare-t-il à une nouvelle restructuration?

©EPA

Les salariés de Carrefour Belgique sont inquiets. Une présentation du plan stratégique est prévue le 23 janvier. Face au manque de rentabilité de nombreux magasins, le personnel craint une nouvelle restructuration.

Des emplois sont-ils en danger chez Carrefour Belgique? Une menace de restructuration plane sur le groupe de distribution, confronté à un grand nombre de magasins peu rentables, selon "Het Laatste Nieuws" et "De Morgen".

Dans ce contexte, les syndicats craignent le pire lors de la présentation du plan stratégique du groupe le 23 janvier prochain. Il semble évident que les plans d'Alexandre Bompard, le nouveau patron du groupe Carrefour toucheront aussi la Belgique.  

"Il va se passer quelque chose chez Carrefour et cela inquiète le personnel", indiquent les syndicats qui craignent que la direction ne veuille réduire les coûts dans le département Achat en faisant appel à des partenaires extérieurs. Ce qui aurait de lourdes conséquences sur les 800 travailleurs du siège d'Evere.

Les syndicats reconnaissent aussi que c'est principalement la situation des "hypermarchés" qui est préoccupante. "Le département non alimentaire subit une forte concurrence des ventes en ligne", explique Kristel Vandamme de la LBC. De source interne, on affirme qu'un quart des 45 hypermarchés sont déficitaires ou trop peu rentables. Seuls les supermarchés repris par des franchisés permettent à Carrefour d'annoncer en Belgique une faible croissance (+0,6%).

• Carrefour a réagi. La direction de Carrefour Belgique, elle, assure que ces inquiétudes ne sont basées que sur des rumeurs. Lors de la précédente restructuration, il y a 7 ans, le groupe avait supprimé en Belgique 1.700 emplois dans 14 magasins.

1.700 emplois
Lourde restructuration
1.700 emplois avaient été supprimés en 2010 chez Carrefour

Le groupe Carrefour prend 17% du capital de Showroomprivé

En annonçant qu'il rachète à Conforama ses parts dans Showroomprivé, Carrefour accélère sa stratégie numérique. L'action de Showroomprivé bondissait de près de 53% à l'ouverture des marchés.

L'opération porte sur un rachat au prix de 13,50 euros par titre, soit un montant total d'environ 79 millions d'euros. A priori une bonne affaire puisque Conforama avait acquis cette participation en mai pour environ le double, soit 157,4 millions d'euros.

Cette cession par Conforama est la conséquence des grosses difficultés que connaît sa maison mère, le géant sud-africain de la distribution Steinhoff. Actuellement secoué par un énorme scandale financier, le groupe sud-africain s'est engagé fin 2017 à vendre des actifs pour un milliard d'euros afin d'essayer de se sauver.

De leur côté, les deux fondateurs de Showroomprivé, Thierry Petit et David Dayan, conserveront 27,17% du capital et 40,42% des droits de vote. Carrefour détiendra 16,86% du capital et 13,67% des droits de vote.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content