Decathlon Belgique renonce au rêve néerlandais

©Wim Kempenaers

Decathlon Nederland va désormais disposer de son propre centre de distribution. Les magasins néerlandais étaient jusqu'ici alimentés via la Belgique mais faute d'un accord sur le travail de nuit, ce ne sera plus le cas.

Le centre de distribution de la chaîne d'articles de sport Decathlon, à Willebroek, arrêtera en 2020 d'approvisionner les magasins néerlandais de l'enseigne française. Il n'a pas été en mesure de mettre en place le travail de nuit. 

En 2016, lors du lancement des travaux de ce nouveau centre de distribution, Decathlon avait évoqué la possibilité d'y loger également la logistique pour le commerce en ligne du marché néerlandais. Aujourd'hui, changement de cap. Les Pays-Bas devraient avoir leur propre centre de distribution (à Tilburg, juste à la frontière). Si le marché néerlandais est en forte croissance et demande donc une véritable organisation en matière d'approvisionnement, à Willebroek aucune solution n'a pu être trouvée pour organiser le travail de nuit.

Le centre de distribution s'était pourtant étendu fin 2018. Néanmoins, la "perte" des Pays-Bas ne se fera pas sentir, selon la direction. "Il n'y a pas d'influence sur nos activités à Willebroek et certainement pas sur l'emploi", assure Koen Tengrootenhuysen, directeur immobilier de Decathlon Belgique. Le centre emploie actuellement 398 personnes, soit 48 personnes de plus qu'en 2016. À cette époque, le groupe parlait même de 100 engagements supplémentaires.

Comment en est-on arrivé là?

Fin de l'année dernière, la direction a menacé les syndicats belges de déménager les magasins de l'e-commerce vers les Pays-Bas si aucun accord n'était conclu sur le travail de nuit et la partie salariale liée. Le groupe considère en effet le travail de nuit comme un élément essentiel du commerce en ligne. Chez des acteurs tels que Amazon, Bol.com ou Coolblue, du personnel est là pour emballer les commandes 24h/24.

En décembre, les deux parties pensaient pouvoir conclure un accord là où les discussions patinaient depuis deux ans. Mais sans succès. Le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, se dit prêt à dépêcher un conciliateur social "pour aider à débloquer la concertation".

Il faut dire que le magasin néerlandais sera situé à 10 km à peine de la frontière belge. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect