Le protocole d'accord de Carrefour rejeté par le Setca

Myriam Delmée, SETCa ©Photo News

Les syndicats CNE et CGSLB ont marqué leur accord par rapport aux propositions faites en début de semaine par Carrefour Belgique. Faute de précisions sur au moins trois points, le Setca renvoie la balle dans le camps de la direction.

Alors que les syndicats chrétien et libéral ont validé le protocole d'accord conclu mardi avec la direction de Carrefour Belgique, le Setca refuse, lui, de l'approuver en l'état. Les membres de l'organisation socialiste butent sur trois points:

  • Quel sort pour les malades de longue de durée? Cette inquiétude concerne particulièrement les cinq hypermarchés du groupe qui seront transformés en supermarchés après l'entrée en vigueur du plan de restructuration (Genk, Belle-Ile à Liège, Haine-Saint-Pierre, Westerlo et Bruges-Sainte-Croix)
  • Les réactions politiques suscitées par l'annonce du protocole d'accord.
  • Le Setca exige que la direction précise quel volume d'emploi sera garanti au sein de la structure centrale de l'enseigne basée à Evere.

Le syndicat socialiste demande encore des précisions sur d'autres points mais ces obstacles n'ont pas de caractère rédhibitoire, précise-t-il.

Il attend désormais une réaction de l'entreprise. "Nous allons communiquer notre position à la direction et attendre sa réponse", a indiqué Myriam Delmée, vice-présidente du Setca.

La direction de la chaîne de supermarchés a annoncé en janvier un plan de transformation pouvant conduire à la suppression de 1.233 emplois en Belgique. Après des semaines de négociations difficiles, syndicats et directions sont parvenus à un accord lundi dernier. Celui-ci prévoit notamment que les suppressions d'emplois s'effectuent via des RCC (prépension) pour les travailleurs âgés de 56 ans et plus.

Auparavant, les libéraux avaient marqué leur assentiment pour ce texte.  Ils espèrent que ce texte apportera de la sécurité pour les travailleurs qui restent comme pour ceux qui partent.  "Même si on parle toujours de suppressions d'emplois, la CGSLB est convaincue que ce que ce plan comporte nous donne suffisamment pour que tout se passe en douceur."  Certes le syndicat confirme qu'il y a encore du travail à faire sur le terrain pour transposer cet accord. 

La veille, une majorité de militants du syndicat chrétien (LBC) s'était aussi prononcés en faveur de ce texte. La CNE approuvera également le protocole d'accord. 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content