Wibra se met à l'abri de ses créanciers et cherche un repreneur

La direction de Wibra dit vouloir sauver autant d'emplois que possible. ©ANP

Wibra a annoncé son intention de se mettre à l'abri de ses créanciers par le biais de la réorganisation judiciaire. Cela concerne 81 magasins en Belgique.

La direction des magasins Wibra a convoqué un conseil d'entreprise extraordinaire pour annoncer son intention d'introduire une procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) auprès du tribunal de l'entreprise de Gand. Cette annonce concerne 81 magasins en Belgique, qui emploient environ 400 personnes.

Si le tribunal valide cette demande, un mandataire de justice devrait être désigné, à charge pour ce dernier de trouver un acquéreur pour la branche belge de la société.

"Les pertes subies du fait de la structure des coûts et des dettes accumulées rendent la situation actuelle intenable."
Extrait du communiqué de Wibra

"Situation intenable"

D'après le communiqué envoyé par la chaîne, la "situation actuelle est intenable et l'entreprise doit intervenir afin d'éviter de devoir cesser ses activités". En réalité, la chaîne était déficitaire depuis quelques années, raison pour laquelle elle avait imaginé un plan de relance. Mais ce dernier n'aura pas suffi à lutter face à la déferlante du Coronavirus.

81
magasins
Wibra compte 81 points de vente en Belgique.

A priori, Wibra souffrait en raison du climat économique difficile, du coût élevé de la main d'oeuvre et de la concurrence croissante. En 2019, la chaîne avait pris différentes mesures afin de tenter de redresser la barre et il avait déjà été décidé de fermer six magasins. Une amélioration avait alors été constatée, mais la crise du coronavirus a réduit ces efforts à néant.

"Les pertes des activités belges étaient traditionnellement absorbées et compensées par les autres activités du groupe, mais dans le contexte actuel, ce n'est plus possible", peut-on encore lire dans le communiqué. "Les pertes subies du fait de la structure des coûts et des dettes accumulées rendent la situation actuelle intenable".

"Nous sommes convaincus que cette réorganisation judiciaire est nécessaire si nous voulons offrir un avenir durable à Wibra Belgique", a déclaré Bas Duijsens, directeur général de Wibra Belgique.

"Une décision précipitée"

Le syndicat BBTK (SETCa) s'interroge: "cette décision n'est-elle pas un peu précipitée, alors que l'on sort à peine d'une période troublée et que la vente au détail a donné de bons résultats les deux premiers mois de l'année?" Il regrette cette décision soudaine et un peu brutale. "Au mois de mai, nous avons récolté de bons résultats, ensuite les chiffres ont baissé, mais comme partout ailleurs dans les chaînes de magasins", explique Bart Leybaert.

"Le personnel a traversé une phase incertaine en ces temps de crise sanitaire". "Il est regrettable que cette réorganisation ait lieu alors que Wibra Belgique a obtenu de très bons résultats en janvier et février", ajoute-t-il. La prochaine réunion entre les syndicats et la direction se tiendra le 6 août.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés