Publicité
Publicité

Carrefour, Leclerc et Intermarché vont vendre les carburants à prix coûtant en France

©Photo News

La mesure applicable sur le territoire français est exceptionnelle et sera limitée dans le temps. Mais, en France, la polémique enfle face à l'augmentation des prix du carburant alors que le gouvernement maintient pour le 1er janvier prochain son projet de taxation revue à la hausse.

La grande distribution prend les devants face à la hausse de la taxation des carburants en France. Les distributeurs Carrefour, Leclerc et Intermarché sont les premiers à saisir la balle au bond pour attirer les automobilistes fâchés de voir les prix de l'essence et du diesel monter en flèche. Ils vont à titre exceptionnel distribuer des carburants à prix coûtant pour une période limitée, jusqu'au 17 novembre dans les stations-services intégrées à ses hypermarchés Carrefour et jusqu'à la fin du mois chez Leclerc.

La contestation contre l'augmentation des prix des carburants, forte notamment d'une pétition signée par plus de 700.000 personnes, s'est récemment cristallisée autour d'un appel au blocage des routes le 17 novembre prochain. Dans des interviews publiées ce lundi, le président Emmanuel Macron a dit assumer l'augmentation de la fiscalité tout en se disant favorable à des solutions "innovantes" à l'égard des personnes devant se déplacer pour aller travailler.

+23%
La hausse du diesel sur un an
En un an, le prix du diesel à la pompe a progressé dans l'Hexagone d'environ 23% contre 15% pour celui de l'essence.

Une aubaine pour les distributeurs. Carrefour explique "se mobiliser pour le porte-monnaie des Français". Du côté de Leclerc, le grand patron Michel Edouard-Leclerc, indiquait ce lundi dans la matinale de Franceinfo que "cette grogne est légitime, on l'entend et il faut y répondre" car "il faut savoir choisir son camp: celui qui tire la croissance c'est le consommateur". Quelques heures plus tard, le PDG d'Intermarché, Thierry Cotillard, a annoncé sur RTL que l'enseigne allait vendre, à partir du 9 novembre, son carburant à prix coûtant tous les week-ends jusqu'à la fin de l'année. Lorsqu'on dépasse la barre de 1,5 euro, "ça peut inquiéter à juste titre nos clients", a-t-il estimé.

Côté comm', l'opération est réussie pour les enseignes qui se distinguent par cette action du réseau traditionnel des stations-services. Et côté chiffre, la marge réalisée par les distributeurs tourne autour des 8% en France. 

Du côté des autorités, on assure que la hausse des taxes sur le carburant sera maintenue. Selon Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, cette hausse, prévue à compter du 1er janvier 2019, "ne sera pas suspendue", il n'y aura "pas de moratoire". Il a cependant admis qu'il fallait "accompagner" les Français modestes pénalisés par cette hausse. "La bonne solution, ça n'est pas de revenir en arrière sur cette transition, c'est de l'accompagner et de poursuivre cette transition.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés