Carrefour tombe dans le rouge en 2017, le dividende abaissé

©BELGA

En 2017, Carrefour a vu son résultat opérationnel courant chuter de 14,7%, alors que le groupe affiche une perte nette de 531 millions d'euros après des dépréciations d'actifs. Le dividende se voit abaissé à 0,46 euro.

Carrefour a vu sa performance opérationnelle chuter en 2017 et son résultat net basculer dans le rouge après d'importantes dépréciations d'actifs. Le résultat opérationnel courant du distributeur a chuté de 14,7% à 2,006 milliards d'euros, après un recul de 3,8% en 2016.

Sa rentabilité opérationnelle a reculé de 60 points de base à 2,5% contre 3,1% un an auparavant. Plombé par un décrochage de ses performances en France et par la déflation des prix au Brésil, ses deux premiers marchés, le groupe avait lancé un deuxième "profit warning" début janvier, disant tabler sur un résultat opérationnel d'environ deux milliards d'euros.

  • Pénalisé comme son concurrent Casino par la guerre des prix qui fait rage en France et par la crise brésilienne, le premier distributeur européen a presque divisé par deux sa croissance en données comparables en 2017, à 1,6% après une progression de 3,0% en 2016.
  • Le résultat net part du groupe accuse quant à lui une perte de 531 millions d'euros, après des charges non courantes de 1,3 milliard d'euros, liées à une dépréciation du goodwill de ses activités italiennes, à une dépréciation sur les magasins de l'ancien réseau Dia, en perte continue depuis son rachat, et à des coûts de restructuration.
  • Le cash-flow libre hors exceptionnels est en baisse de 90 millions à 950 millions d'euros, la dette nette recule de 788 millions à 3,74 milliards.
  • Le dividende proposé recule à 0,46 euro par action, contre 0,70 euro en 2016.
  • En France, où les ventes de Carrefour ont grappillé 0,8%, la marge opérationnelle a chuté de 94 points de base à 1,9%, tandis qu'en Amérique latine, la rentabilité a reculé de 44 points à 4,5% en raison de pertes opérationnelles en Argentine.

Qu'en est-il en Belgique?

A taux de change constant, le chiffre d’affaires 2017 s’élèverait à 78.628 millions d’euros, à comparer à 76.645 millions d’euros en 2016, soit une hausse de 2,6 %. Mais si on regarde de plus près, on remarque que le chiffre d'affaires du groupe est en hausse partout en Europe (hors France)... sauf en Belgique où il resté stable à 3.993 millions d'euros (contre 3.994 millions en 2016). Il est en baisse en France et en Asie, mais en hausse en Amérique latine.

La charge nette de l'exercice 2017 est de 15 millions d'euros en Belgique, contre 19 millions d'euros un an auparavant. Si on regarde l'ensemble du groupe, c'est une baisse des charges à 58 millions d'euros, contre 71 millions en 2016.

Le plan de transformation a été salué par les analystes pour son volontarisme, ses baisses massives de coûts et ses ambitions dans le digital.
.

Alexandre Bompard, PDG du groupe, a présenté fin janvier un vaste plan de transformation visant à rendre au distributeur sa compétitivité, à le faire entrer de plain-pied dans l'ère digitale et à répondre aux défis environnementaux et sanitaires de la distribution alimentaire. Ce plan a été salué par les analystes pour son volontarisme, ses baisses massives de coûts et ses ambitions dans le digital.

En ce qui concerne la Belgique, le groupe rappelle dans son communiqué que "les mesures visant à réduire les dépenses ainsi que les frais de fonctionnement et à augmenter l’efficacité opérationnelle, annoncées le 25 janvier 2018, pourraient avoir des conséquences sur l’emploi." 

"La mise en place éventuelle des mesures envisagées, qui pourrait affecter au maximum 1 233 personnes, sera initiée à l’issue de la procédure d’information et de consultation entamée avec les partenaires sociaux", ajoute-t-il.

Le titre Carrefour a fini à 18,95 euros à la Bourse de Paris ce mercredi, signant une progression de près de 5% depuis le début de l'année. Ce plan risque toutefois d'être long et difficile à mettre en oeuvre. Certains analystes, comme ceux de Barclays, anticipent un processus qui pourrait ne pas porter ses fruits avant 2019.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés