Claire's à l'abri de ses créanciers pour apurer sa dette

©AFP

L'enseigne de bijoux de fantaisie Claire's, prisée par les adolescentes, s'est déclarée lundi en faillite aux Etats-Unis. L'enseigne affirme toutefois que ses magasins à travers le monde continueront à fonctionner normalement.

Claire's s'est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Cette disposition permet à l'enseigne de bijoux de fantaisie de continuer à opérer et de se redresser sans la pression de ses créanciers. Objectif: réduire une dette colossale de 2,1 milliards de dollars.

Présente également à l'internationale, l'enseigne affirme que ce dispositif légal ne concerne pas ses filiales. "Claire's espère sortir du chapitre 11 en septembre 2018 avec des liquidités de plus de 150 millions de dollars et avoir réduit sa dette totale d'environ 1,9 milliard", affirme-t-on au sein de la chaîne créée en 1961.

Elle affirme ne pas être dans une situation désespérée comme certains groupes de la distribution. Elle insiste que sa restructuration porte essentiellement sur la réduction de la dette et non sur ses activités.

 Que compte faire Claire's pour redresser la barre?

Les liquidités: la société affirme disposer de suffisamment de liquidités pour payer à temps ses fournisseurs et autres partenaires. Elle a obtenu une ligne de crédit de 135 millions de dollars de la banque Citigroup.

En 2017, Claire's, rachetée en 2007 par le fonds d'investissement américain Apollo Global Management, a dégagé un bénéfice de 29 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 1,32 milliard de dollars.

Réduire sa dette: Claire's indique que les fonds Elliott Management et Monarch Alternative Capital LP, qui sont d'importants créanciers, ont accepté une restructuration de leurs créances. "Nous serons une entreprise plus saine et beaucoup plus rentable quand nous allons terminer ce processus, ce qui fera de nous un partenaire en affaires solide pour nos fournisseurs et franchisés", avance Ron Marshall, le PDG.

Les magasins: les magasins sous-performants vont ainsi être fermés, selon un document adressé au gendarme de la Bourse américain, la SEC. On parle de 241 points de vente. Le nombre total de magasins va donc passer de 1.641 à 2016 à 1.400 d'ici 2022.

La solidité financière: l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) a, elle, décidé de reléguer la note de solidité financière de l'entreprise dans la catégorie "D" (défaut) suivant ces annonces. Elle a fait savoir qu'elle allait cesser de l'évaluer dans une trentaine de jours.

Les marques de la distribution classique pâtissent actuellement de la montée en puissance du commerce en ligne sous l'impulsion d'Amazon.com. La semaine dernière, le distributeur de jouets Toys'R'US a annoncé fermer ou vendre ses 735 magasins américains avec à la clé la perte éventuelle de 33.000 emplois.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content