Colruyt mise sur un résultat stable pour l’exercice en cours

Jef Colruyt, CEO et président du discounter éponyme, a prodigué quelques "conseils" au nouveau gouvernement. ©BELGA

Dans un contexte de crise sanitaire, le soft discounter de Hal se veut relativement optimiste dans ses pronostics et prévoit un résultat net au moins stable à 380 millions d'euros.

Ambiance "covid-19" à l’AG de Colruyt . Port du masque, distance de 1,5 mètre entre les participants, écran de plexiglas entre administrateurs et dirigeants... Passant en revue l’exercice écoulé (clôturé le 31 mars), marqué à la fin par la pandémie du Covid 19, le CEO et président Jef Colruyt a salué l’engagement de ses troupes face à la crise et s’est réjoui de résultats "solides". Ce qui s'est traduit par une hausse de 3% du dividende à 1,35 euro brut, soit 182,8 millions distribués. "En dix ans, on en a distribué pour 1,62 milliard", s’est-il félicité.

Pourtant, la part de marché du discounter a légèrement reculé, les consommateurs ayant beaucoup opté pour des magasins de proximité pendant la crise, segment où Colruyt est moins présent. Il ne va pas pour autant mettre le turbo sur ce créneau : "Non, car les consommateurs reviennent dans nos grands magasins", confie le COO Marc Hofman.

Incertitudes

Le groupe n’est pas pour autant bardé de certitudes. Au contraire, le CEO a pointé l’incertitude économique et le manque de confiance des consommateurs, dû à la crainte de perte d’emploi. Il s’est néanmoins livré au traditionnel exercice des pronostics. Faisant preuve d'un relatif optimisme, il s’attend à un bénéfice net au moins égal à celui de l’exercice précédent, soit 380 millions d’euros, abstraction faite des effets uniques. Ceci malgré le coût des mesures de sécurité supplémentaires pour faire face à la pandémie.

Jef Colruyt a profité de l’annonce d’un nouveau gouvernement pour lui faire passer quelques messages.

Preuve de cette confiance, Colruyt augmentera à nouveau ses investissements qui devraient passer de 410 millions en 2019-2020, à 425 voire à 450 millions durant cet exercice: magasins, formation, durabilité, digital - le site Collect&Go a généré 500 millions de revenus en 2019-20 a révélé le CEO - et bien sûr sa marque de fabrique "les prix les plus bas" pourtant malmenée durant le confinement, d’aucuns pointant une hausse des étiquettes. "Une mauvaise interprétation des promotions, qui sont incluses dans nos prix bas", dit-on chez Colruyt.

De 425 à 450
millions d'euros
Pendant l'exercice en cours, Colruyt prévoit d'investir entre 425 et 450 millions d'euros et un milliard dans les trois ans.

Rappelant que le groupe avait payé 982 millions d’euros à l’État en impôt et charges diverses, Jef Colruyt a aussi profité de l’annonce d’un nouveau gouvernement pour lui faire passer quelques messages,  lui demandant plus de simplification administrative; de miser, comme son groupe, sur la transition énergétique "car à terme cela finira par payer"; à moderniser l’organisation du travail; et à être davantage transparent en matière de fiscalité. "Le politique, dit-il, doit mieux expliquer ses choix, car on ne sait pas toujours ce qu’on fait de nos sous."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés