Colruyt pénalisé en Bourse par ses chiffres

©Photo News

Le numéro un belge de la distribution continue d’accroître ses parts de marché. Colruyt a par contre vu sa marge brute reculer au second semestre. En cause: l’intensification de la concurrence qui l’a contraint à ajuster davantage ses prix. Le chiffre d’affaires frise les 9,5 milliards d’euros. Mais le bénéfice opérationnel est sous pression. Et ce mardi, le titre est en forte baisse sur Euronext Bruxelles.

Lentement mais sûrement, le groupe Colruyt continue de grandir. Le groupe de distribution de Hal a vu son chiffre d’affaires gagner 3,4% (2,8% en excluant un 13e mois comptable de la chaîne française Pro à Pro, vendue au groupe Metro et déconsolidée depuis le 1er février) pour atteindre 9,49 milliards d’euros en 2016/2017, dépassant ainsi légèrement les attentes du marché.

Hors carburants, le chiffre d'affaires a progressé de 2,5%. Cette croissance, qui s’explique par l'inflation des prix de vente et par l'expansion du parc de magasins, est partiellement neutralisée par l’influence négative du calendrier, le week-end de Pâques étant survenu après la fin de l’exercice comptable, clôturé le 31 mars. L’impact négatif de cette donnée est évalué à 0,8%.

31,7%
La part de marché du groupe Colruyt en Belgique a rogné une nouvelle fois quelques points, passant de 31,5% à 31,7%.

Chez nous, le groupe Colruyt (Colruyt Meilleurs Prix, OKay et Spar) est de plus en plus tentaculaire. Sa part de marché en Belgique a en effet rogné une nouvelle fois quelques points, passant de 31,5% à 31,7%.

"En règle générale, nos ventes sont en ligne avec l’exercice 2015/2016. Mais nos marges ont reculé au second semestre en raison de l’intensification de la concurrence", résume Marc Hofman, le directeur financier de Colruyt. Une effet de la fusion Ahold-Delhaize? Non, dit-il, la situation n’a guère changé de ce côté. "L’explication principale réside dans la multiplication des actions promotionnelles de la concurrence, qui nous a contraint à réagir en abaissant nos prix, conformément à notre politique du meilleur prix", dit-il.

Cette tension sur les prix s’est ressentie sur les marges. Le bénéfice opérationnel (Ebit) a ainsi reculé de 2,7% à 493 millions d’euros. Et si le bénéfice net est en hausse (383 millions d’euros contre 366 millions), c’est grâce au produit de la vente de Pro à Pro, qui a gonflé le résultat de 19 millions.

Les magasins Colruyt de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 1,4%. L’inflation des prix de vente a été partiellement neutralisée par l’absence de week-end de Pâques (-0,8%).

©doc

A noter la belle croissance (+11,5%) des magasins Okay, Bio-Planet et Cru. Ceux-ci bénéficient à la fois nouvelles ouvertures de magasins (9 OKay, 5 Bio-Planet et 2 marchés Cru), à l'afflux de nouveaux clients et à l'inflation des prix de vente.

Le chiffre d’affaires de Dreamland et Dreambaby chute par contre de 3 % suite à l’effet calendrier défavorable (pas de week-end de Pâques), au mauvais temps du printemps 2016 et au glissement vers les ventes en ligne de Collishop. La quote-part du commerce en ligne dans le chiffre d’affaires global du commerce de détail est d’ailleurs en progression.

Colruyt proposera le 27 septembre prochain à ses actionnaires un dividende brut de 1,18 euro par action, soit 6 centimes de plus que l’an dernier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés