Colruyt sous pression en Bourse: les explications

©Photo News

Ce mercredi matin, l'action Colruyt a perdu plus de 3% en Bourse sans que rien dans l'actualité ne puisse éclairer ce brusque recul. Plusieurs éléments peuvent toutefois expliquer la pression vendeuse qui pèse sur la valeur.

Ce matin, l’action Colruyt a perdu jusqu’à 3,1% à 46,5 euros à la Bourse de Bruxelles avant de reprendre un peu de hauteur alors que, dans le même temps, l’indice européen du secteur de la distribution affichait un recul limité à 0,2%. Vers 11h30, près de 100.000 parts avaient déjà changé de mains contre un volume total de 223.000 actions enregistré hier.

Aucun broker à l'achat

Rien dans l’actualité ne vient expliquer ce brusque recul. Peut-être qu’un broker a revu à la baisse ses perspectives sur la valeur et qu’il réserve pour l’instant ses conclusions à ses clients comme cela arrive régulièrement.

Pour l’instant aucun analyste suivant la valeur ne recommande son achat. Selon Bloomberg, ils sont 16 à conseiller de s’en tenir à l’écart ("vendre") et seulement trois suggèrent de la conserver. L’objectif de cours moyen s’élève à 42,7 euros, soit un niveau inférieur à celui constaté sur le marché.

Sofina a réduit sa position

Autre possibilité, le holding Sofina qui a réduit sa position sur le distributeur au cours du premier semestre pourrait peut-être poursuivre son désengagement. Fin juin, il détenait encore une participation de 3,22% en Colruyt représentant 4,45 millions d’actions.

Depuis le 18 juin, date de la publication de ses résultats annuels, le titre Colruyt a chuté de 27% après avoir connu une ascension étonnante en dépit des avis négatifs de la plupart des analystes. C’est l’annonce d’une pression plus forte sur les prix attendue pour l’exercice en cours qui a enclenché la pression vendeuse sur la valeur.

Jumbo, l'épée de Damoclès

L’arrivée prévue à l’automne du groupe néerlandais Jumbo sur le marché belge pèse aussi comme une épée de Damoclès sur la croissance future du chiffre d’affaires de Colruyt. Les deux distributeurs se profilent en effet comme les moins chers dans leur pays respectif.

La grande crainte était de voir Jumbo se positionner sur le même créneau en Belgique. Mais, d’après une revue professionnelle, Jumbo n’a pas l’intention d’offrir la garantie du prix le plus bas dans ses magasins belges. Il éviterait ainsi une guerre ouverte avec Colruyt qui reste l’enseigne numéro un en Belgique.

AG, le 25 septembre

Le mois dernier une analyste de Morgan Stanley a identifié, outre Jumbo, deux autres éléments qui risquent de peser sur les activités de Colruyt. Un: les fondamentaux du marché en Belgique qui connaissent des difficultés croissantes avec un nombre de magasins en augmentation et une hausse des achats transfrontaliers des clients belges. Et deux: le manque d’échelle en France où Colruyt exploite actuellement 85 magasins. Il depuis lors annoncé son intention de renforcer sa présence dans l'Hexagone.

Le 25 septembre, on y verra plus clair sur l’état de santé du groupe. Lors de l’assemblée annuelle qui se tient ce jour-là, il est de coutume pour la direction de donner des indications sur l’évolution de ses activités au cours des six premiers mois de son exercice à cheval.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect