Delhaize mis à l'amende au Grand-Duché

Le Conseil luxembourgois de la Concurrence a infligé à Delhaize une amende de 223.342 euros. ©Photo News

Delhaize a été sanctionné par le Conseil luxembourgeois de la concurrence pour entente sur les prix. La société écope d'une amende de 223.342 euros.

Une entente sur les prix des biscuits, gâteaux, noix et chips Bahlsen: c'est sur cette base qu'au terme de cinq ans d’enquête, le Conseil luxembourgeois de la concurrence a infligé au biscuitier allemand et à trois distributeurs - Cactus, Auchan et Delhaize - une amende d'un montant total de 3,36 millions d'euros.

Le Conseil de la concurrence a alourdi les amendes envers Auchan et Delhaize "à titre dissuasif du fait de l’ampleur des deux groupes au niveau mondial".

Selon le site d'informations économiques luxembourgeois Paperjam, c'est la plus grosse amende jamais infligée par le Conseil de la concurrence grand-ducal. Bahlsen devra s'acquitter de la plus grosse part – 1,5 million d’euros au total. Cactus écope de 1,38 million d’euros d'amende. Le français Auchan et le belge Delhaize  devront, quant à eux, débourser respectivement 246.558 euros et 223.342 euros, selon le volume des produits vendus durant la période visée par l'infraction.

À noter que le Conseil de la concurrence a alourdi les amendes envers Auchan et Delhaize "à titre dissuasif du fait de l’ampleur des deux groupes au niveau mondial". Si la sanction imposée à Cactus est de loin la plus élevée, c'est parce que le volume de ventes réalisées au Luxembourg est bien supérieur à ceux d’Auchan et Delhaize. Bahlsen, par contre, a bénéficié d'une "réduction" de son amende pour avoir coopéré à l’enquête.

3,36 millions
d'euros
Le Conseil luxembourgeois de la concurrence a infligé à Bahlsen, Cactus, Auchan et Delhaize une amende totale de 3,36 millions d'euros.

Constat fortuit

L'entente sur les prix ciblée par l'instance de régulation remonte aux années 2011-2015. L’enquête est partie d'un constat établi fortuitement par un enquêteur du Conseil de la concurrence. Il s'est rendu compte, au détour d’une étude sur les prix commanditée par le ministère de l’Économie, du fait que les produits de la gamme Bahlsen, Leibniz et Lorenz étaient vendus à un prix identique dans plusieurs supermarchés au Luxembourg.

Delhaize "analyse la décision avant de prendre une décision quant à un appel potentiel."
Roel Dekelver
Porte-parole de Delhaize

S'en sont suivies des perquisitions et saisies menées par le Conseil auprès de Bahlsen et Auchan en 2015 et 2016. "L’enquête a mis en évidence un système qui a notamment conduit Bahlsen à verser des contreparties financières, principalement sous la forme de remises, à Auchan, Cactus et Delhaize en échange du respect de ses prix de vente dits conseillés (…) qui fonctionnaient en réalité comme des prix imposés, auxquels les enseignes en cause se sont conformées", précise l'instance grand-ducale dans un communiqué.

Cette entente a permis à Bahlsen d'assurer ses revenus et aux distributeurs de garantir leurs marges, au détriment du consommateur, qui se voyait imposer des prix plus élevés.

Les sociétés condamnées ont trois mois pour introduire un recours. Delhaize "analyse la décision avant de prendre une décision quant à un appel potentiel", indique son porte-parole, Roel Dekelver.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés