E5 Mode n'exclut pas des licenciements

Suite au premier confinement, la chaîne avait indiqué avoir perdu 20 millions d'euros de chiffre d'affaires. ©Jonas Roosens

E5 Mode avait obtenu une trêve face à ses créanciers et vu son plan de sauvetage validé au printemps. Le deuxième confinement forcera-t-il l'enseigne à demander une nouvelle PRJ? Pour le moment, les lèvres restent closes.

La situation de la chaîne e5 Mode ne s'améliore pas. Certes, l'enseigne avait profité au printemps d'une période de protection contre ses créanciers pour rééchelonner sa dette. Elle avait ainsi obtenu en juin l'aval du tribunal de Termonde pour son plan de sauvetage.

"Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour conserver le plus grand nombre d'emplois possible."
Frederic Helderweirt
CEO de E5 Mode

Mais le deuxième confinement et la fermeture des commerces non essentiels sont passés par là. Un conseil d'entreprise extraordinaire était donc organisé ce vendredi. S'il n'était pas exclu que la chaîne demande une nouvelle procédure de réorganisation judiciaire (PRJ), les détails ont pour l'heure du mal à filtrer. La "faute" au CEO et propriétaire Frederic Helderweirt, qui préfère garder le secret. Il n'exclut toutefois pas des licenciements. "Je ferai tout ce que je peux pour sauver des emplois", a-t-il affirmé. "Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour maintenir l'entreprise durablement saine et conserver le plus grand nombre d'emplois possible."

Bouches cousues

Frederic Helderweirt a expliqué aux syndicats son plan de sauvetage, mais leur a ainsi demandé de ne divulguer aucune information, pas même au personnel. Une interdiction que respectent les syndicats. "C'est la façon normale de faire les choses après un conseil d'entreprise", a-t-il indiqué. Il ignore encore quand il informera son personnel. "S'il y a de la clarté, je communiquerai."

20 millions
d'euros
Lors du 1er confinement, E5 Mode avait indiqué avoir perdu quelque 20 millions d'euros de chiffre d'affaires.

E5 Mode compte 55 implantations en Belgique. Lors du sauvetage, au printemps dernier, elle employait 450 personnes. La plupart des employés ont été placés en chômage temporaire, à l'exception de ceux qui gèrent la boutique en ligne, indique le syndicaliste Wouter Parmentier (LBC).

Suite au premier confinement, la chaîne avait indiqué avoir perdu quelque 20 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit un quart du chiffre d'affaires annuel anticipé. Depuis, l'entreprise est en quête d'un nouvel investisseur.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés