FNG lève des fonds et revient sur Euronext Bruxelles

©Photo News

FNG qui possède les marques Brantano, Claudia Sträter et Miss Etam, entre autres, lance une augmentation de capital et revient se faire coter à Bruxelles.

Le groupe de mode FNG, qui compte des marques comme Brantano, Claudia Sträter et Miss Etam, lance une souscription publique d’actions qui sera accompagnée d’une cotation sur Euronext Bruxelles. La valeur est déjà cotée sur la Bourse d’Amsterdam.

L’offre qui vise aussi bien les particuliers que les investisseurs institutionnels se tiendra du 28 juin au 5 juillet inclus. Il n’y aura pas de clôture anticipée possible.

Maximum de 109 millions d'euros

Elle porte sur un maximum de 2.693.967 actions nouvelles avec droit d’allocation prioritaire dans la proportion d’un droit pour un nouveau titre. Il faut y ajouter des titres à hauteur de 15 millions d’euros vendu par des actionnaires de référence via une fondation. Ces derniers n’ont pas l’intention de participer à l’offre et n’exerceront donc pas leur droits d’allocation.

Si la demande est forte, le nombre total de titres proposés pourra être augmenté d’un maximum de 15%.

Le prix des actions proposées se situe dans une fourchette comprise entre 26,25 euros et 29,75 euros l’unité. Compte tenu de l’option d’augmentation et du niveau le plus élevé de cette fourchette, le montant maximum de l’offre s’élève à 109,4 millions d’euros.

Pas de dividendes

Les fonds levés serviront à financer la croissance future de la société conformément à sa stratégie de "buy-and-build". Plus précisément, quelque 50 millions seront consacrés au développement des marques existantes et pour déployer le plan d’affaires de FNG. Une trentaine de millions seront utilisés pour financer la croissance future au moyen d’acquisitions. FNG précise qu’elle n’a pas l’intention de distribuer un dividende dans un avenir proche.

La cotation sur Euronext Bruxelles, qui deviendra le marché de référence, interviendra le 29 juin. Avant de passer sur Euronext Amsterdam à l'occasion d'une opération de rachat, FNG était déjà cotée à Bruxelles mais sur le Marché libre.

FNG, le petit poucet devenu ogre 

C’est sans doute le succès le plus emblématique de l’ancien Marché libre de la Bourse de Bruxelles. Après une IPO, en juin 2008, valorisant l’entreprise (pré-IPO) à 5,1 millions d’euros, Fred & Ginger qui se focalisait sur la mode pour enfants a pris son envol et revient aujourd’hui sur Euronext Bruxelles, par la grande porte, après un passage par la Bourse d'Amsterdam.

Dix ans plus tard, la société rebaptisé FNG  est devenue méconnaissable. L’appétit insatiable de ses trois fondateurs, Dieter Penninckx, son épouse Anja Maes et Manu Bracke l’ont transformé en groupe de mode jonglant avec une dizaine de marques (Brantano, Fred & Ginger, CKS, Claudia Sträter…) grâce à une stratégie d'acquisitions à marche forcée.

Actif dans le Benelux, le groupe dégage aujourd’hui un chiffre d’affaires annuel (2017) de 482,4 millions d’euros contre 3,37 millions d’euros lors de son IPO. Sur le même temps, le bénéfice est passé de 0,15 million à 7,3  millions d’euros. Quant à son Ebitda, il a grimpé de 20% d’une année sur l’autre pour atteindre 45,4 millions d’euros en 2017. FNG compte désormais plus de 3.000 collaborateurs et plus de 500 "concept stores".

Et ce n’est pas fini. Les quelque 100 millions d’euros que FNG compte lever lors de sa souscription publique serviront, entre autres, à financer de nouvelles acquisitions. La relance de Brantano est aussi au programme via un nouveau concept, la Brantano Boutik, et via des investissements dans la plateforme en ligne.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect