Freshr s'allie à Carrefour pour redonner vie aux denrées cabossées

Henri Dubois, CEO de Freshr et Elodie De Roocker, manager, ont débuté l'aventure du smoothie version fruits et légumes en circuit court en pleine crise sanitaire. ©Kristof Vadino

Grâce à un système de circuit court, les fruits et légumes invendus en supermarché sont recyclés et vendus sous d'autres formes à l'initiative d'une jeune start-up: Freshr. La dimension écologique est au cœur du projet. Une devise: "Moins beaux, mais surement pas moins bons."

Une banane un peu noire, une poire déformée, une carotte tordue… Mal calibrés, beaucoup de fruits et légumes finissent dans les invendus des grandes enseignes de la distribution. Direction la poubelle? Plus chez Carrefour, où une jeune start-up s’engage à récupérer ces denrées abîmées pour leur donner une seconde vie et réduire ainsi le gaspillage alimentaire, directement depuis le magasin.

©Kristof Vadino

Freshr, c’est son nom, tire toute la quintessence de ces invendus en les transformant en jus, en smoothies, soupes et autres gaspachos. "Carrefour a tout de suite été séduit par le concept", explique Henri Dubois, CEO de la start-up. Il entre en effet parfaitement dans le programme de l’enseigne appelé "Act for food".

Depuis septembre 2018, le groupe Carrefour a lancé son programme mondial d’actions permettant de mieux manger à un prix abordable. "Offrir la marque bio la moins chère de Belgique, interdire 100 substances controversées de tous les produits Carrefour, 100% des produits sans OGM…", la liste est longue.

Orange, pêche et pamplemousse, un des jus "best-seller" concoctés avec les produits frais des magasins Carrefour. Mais d'autres mélanges mêlant fruits et légumes intriguent les consommateurs curieux! ©Kristof Vadino

Une collaboration win-win

Parmi elle, il y a la lutte contre le gaspillage alimentaire. Mondialement, un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine est jeté. 45% de ce tiers concernent les fruits et légumes. Pour répondre à son "Acte 20", Carrefour gère mieux ses stocks et démarque les produits proches de leur date limite de consommation. Le géant de la grande distribution ne s’arrête pas là. Depuis 20 ans, le groupe fait don de ses invendus à des organisations d’aide alimentaire. À titre d’exemple, en un an, Carrefour a pu offrir l’équivalent de pas moins de 3 millions de repas. Carrefour s’engage à recycler et valoriser les derniers invendus et travaille avec l'entreprise "Too Good To Go", qui permet d'acheter de la nourriture à un moindre coût.

"Les clients sont ravis de pouvoir tester des jus dont ils ne connaissent pas bien les goûts. Betterave, céleri, carotte, c'est la nouvelle tendance."
Henri Dubois
CEO de la start-up

Cette association avec Carrefour permet à Freshr de se positionner dans un segment de marché, sans réelle concurrence directe et profitable. Car oui, si la concurrence dans ce domaine est grande (Innocent, Granini, Tropicana), la stratégie de différenciation de Freshr, c’est la fraîcheur du produit. La start-up offre à ses clients la possibilité de consommer un produit frais du jour, abordable et transformé en direct. L'innovation dans les recettes est également à souligner. Elles se greffent à la marchandise reçue. "Les clients sont ravis de pouvoir tester des jus dont ils ne connaissent pas bien les goûts. Betterave, céleri, carotte, c'est la nouvelle tendance", ajoute le CEO de la start-up.

65%
Parmi les produits proposés, 65% est réalisé avec des invendus.

Optimiser toute la chaîne de production, de la récupération des matières premières à la vente de ses produits, c'est le moteur de Freshr. "Parmi les produits que nous proposons, 65% concernent des fruits et légumes invendus. On achète le reste pour compléter les recettes", précise Henri Dubois. C'est ce qu'on appelle un système de circuit court. "C’était une opportunité pour nous de rejoindre le mouvement et d’implanter nos comptoirs dans un maximum de points de vente, à l’instar de Sushi Daily", explique Henri Dubois.

En pratique, le premier comptoir Freshr a ouvert à Zemst en juillet. Dans les prochains mois, la jeune enseigne, accompagnée dans son développement par Startup Factory, souhaite s’étendre d’abord à Bruxelles (Ixelles, Anderlecht) et ses alentours (Waterloo), avant de grandir à l’échelle nationale.

Freshr boucle bientôt sa campagne de crowdfunding, qui servira au financement du projet. Une campagne qui a permis à la jeune start-up de lever plus de 120.000 euros en quelques jours.

Dans les prochains mois, la jeune enseigne souhaite s’étendre d’abord à Bruxelles et ses alentours, avant de grandir à l’échelle nationale. ©Kristof Vadino

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés