Galeria Inno devient 100% autrichien

©BELGA

L'Autrichien Signa et le Canadien Hudson's Bay avaient déjà noué un accord de partenariat pour la gestion des activités allemandes de Galeria Kaufhof et Karstadt l'an dernier. Aujourd'hui, ils vont une étape plus loin. Signa reprend la totalité des parts, avec, dans la manne, les magasins belges de Galeria Inno.

Hudson's Bay Company se déleste totalement de ses activités immobilières et de ventes de détail en Allemagne au profit de l'Autrichien Signa. Dans le panier, on retrouve aussi l'enseigne belge Galeria Inno.

Dans un communiqué, Hudson's Bay énonce le montant de 1 milliard d'euros (1,5 milliard de dollars). "Une partie de ce montant sera utilisée pour renforcer le bilan de Hudson's Bay en remboursant intégralement un emprunt de 436 millions de dollars. À la finalisation du deal, Hudson's Bay quittera totalement l'Allemagne." L'opération devrait être finalisée pour l'automne. 

"C'est une étape importante pour HBC qui permettra de réaliser d'importants bénéfices financiers et stratégiques", se félicite sa CEO, Helena Foulkers. 

Déjà en 2017

Signa avait déjà tenté, fin 2017, une reprise des activités allemandes de HBC pour un montant de 3 milliards d'euros. À l'époque, Hudson's Bay avait décliné arguant que ces activités valaient "bien plus". Les deux groupes étaient toutefois devenus partenaires dans une joint-venture regroupant ces activités. Le Canadien détenait encore 49,99% des parts de cette co-entreprise. Signa avait, lui, pris le leadership opérationnel de la chaîne Galeria Kaufhof fusionnée à celle de Karstadt sous le nom Galeria Karstadt Kaufhof.

Avec cet accord, les 16 magasins belges de Galeria Inno passent donc en mains totalement autrichiennes.

L'accord du jour ne vise pas uniquement les activités "retail" de HBC. Il porte aussi sur le portefeuille immobilier européen. 

En Amérique du Nord et en Europe, HBC compte encore dans son portefeuille les enseignes Hudson's Bay, Lord & Taylor, Saks Fifth Avenue, Gilt, Saks OFF 5TH. Présente aux Pays-Bas, la chaîne Hudson's Bay reste, elle, propriété du Canadien. Celui-ci libérera par ailleurs Signa de certaines obligations sur le retail néerlandais pour en reprendre totalement les rênes.

Plus de 170 ans d'histoire

©Photo News

L'histoire de Galeria Inno trouve ses racines en 1845. À l'époque, "Au Bon Marché" ouvre ses portes rue Neuve à Bruxelles. Aux commandes, François Vaxelaire, membre de la famille qui restera en poste jusqu'au démantèlement du groupe. Vers 1960, "Au Bon Marché" fusionne avec les grands magasins de l'Innovation. Le groupe Inno BM est créé et sera rejoint en 1974 par GB Entreprises. C'est la naissance du groupe GB Inno BM.

GB Inno BM, c'était le géant belge de la distribution. Dans son capital, on y trouvait les grands holdings financiers comme Ackermans & van Haaren (50%) ou encore la CNP d'Albert Frère (50%).

Dans nos rues, ce géant se développe en plusieurs enseignes. Il y a les supermarchés GB, les quincailleries Brico, le fast food Quick et restaurants Resto GB et Lunch Garden, les jardineries Garden Centers, les magasins de jouets Christiaensen, les chaînes Sarma et Nopri (repris par JC Penney), les magasins de sport Disport, les librairies Club...

Mais l'histoire se complique au début des années 1990. La concurrence croît, forçant le groupe en 1993 à une vaste restructuration: un quart du personnel est visé. 

GB Inno BM se tourne alors vers Promodès avec qui il noue un partenariat sur deux axes: le développement des hypermarchés Biggs et l'arrivée de plus petites surfaces avec GB Express. Les stratégies des enseignes Unic, Nopri et GB partners sont revues. Mais rien n'y fait: les marges restent sous pression. GIB se résout donc à lâcher GB à Carrefour, qui avait absorbé Promodès. S'en suivra un démantèlement une à une des enseignes. 

En 2001, Inno passe ainsi en mains allemandes. Les magasins sont rachetés par Kaufhof qui, l'année suivante, lancera le changement de nom en Galeria Inno. Kaufhof est à cette époque une filiale du groupe Metro (Makro).

Dès 2008, Metro cherchera un repreneur pour ses grands magasins. On parlera alors déjà de Signa mais aussi de candidats grec, espagnol... La vente n'aboutira qu'en 2015.

 

Hudson's Bay Company sorti de la Bourse?

Un groupe d'actionnaires de Hudson's Bay, affirmant représenter quelque 57% du capital, a soumis au conseil du groupe une proposition visant une sortie de Bourse. Celui-ci en prend bonne note et a créé un comité censé analyser la proposition.

"Aucune décision n’a été prise à ce jour. Le Comité spécial a l’intention d’examiner soigneusement la proposition avec l’aide de ses conseillers financiers et juridiques extérieurs", lit-on dans un communiqué. 

Le groupe d'actionnaires, constitué notamment de Richard A Baker, président exécutif de HBC, propose un rachat des actions en cash à hauteur de 9,45 dollars canadiens (6,30 euros), soit une prime de 48% par rapport au cours de clôture de vendredi et une prime de 39% sur le prix moyen de clôture ces 20 derniers jours.

"Nous continuons de croire au potentiel à long terme de HBC, mais il est devenu évident que les défis, les risques et les incertitudes majeurs auxquels HBC est confrontée dans un environnement de commerce de détail en évolution rapide sont mieux pris en charge sur un marché privé", explique Richard A. Baker. 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n