Publicité
Publicité

Guerre ouverte entre Carrefour et Casino

©Bloomberg

Le groupe de distribution français Casino a, selon lui, rejeté une offre de Carrefour. Mais son concurrent dément avoir fait une telle approche, dénonçant des "insinuations inacceptables".

D'un côté, Casino  et son chiffre d'affaires avoisinant les 40 milliards d'euros pour 12.271 enseignes. De l'autre Carrefour , dont les ventes des 12.300 magasins ont atteint l'année dernière 88,2 milliards d'euros. Le deux poids lourds français de la distribution ont publié ce lundi matin deux communiqués contradictoires.

Casino dit avoir été sollicité en vue d'un rapprochement par Carrefour et avoir rejeté cette approche, des affirmations cependant fermement démenties par son concurrent.

Selon Casino, les avances ont été formulées "depuis quelques jours" et le distributeur ciblé par Carrefour a réuni le même jour son conseil d'administration, qui "a décidé à l'unanimité de ne pas donner suite à cette approche". Le conseil, qui a "réitéré à l'unanimité sa totale confiance dans la stratégie créatrice de valeur" de Casino, a "constaté les obstacles, en France et au Brésil, au rapprochement avec Carrefour, en particulier en matière de concurrence et d'emplois", toujours selon le communiqué de Casino.

"Une proposition qui n'existe pas"

Quelques heures après la publication de ce communiqué, Carrefour réplique. Le distributeur, qui a enregistré une lourde perte au premier semestre (861 millions d'euros), conséquence des coûts de son plan de transformation, dément toute tentative d'approche. Il s'étonne même "que l'on ait soumis au conseil d'administration de Casino une proposition de rapprochement qui n'existe pas".

De source proche du dossier, on affirme toutefois: "Jean-Charles Naouri et Alexandre Bompard se sont vus chez un tiers le 12 septembre." Il s'agissait "d'entamer uneréflexion plus générale sur les actifs de Casino".

Carrefour ne manque pas au passage d'égratigner son rival: le groupe évoque "des communications intempestives, trompeuses, et dénuées de tout fondement" et souligne les difficultés auxquelles sont confrontés Casino et son actionnaire de contrôle Rallye. La semaine dernière, Rallye, la holding de contrôle de Casino, a obtenu une ligne de crédit de 500 millions d'euros auprès de cinq banques à l'approche d'une importante échéance de remboursement, en attendant que Casino procède aux cessions d'actifs annoncées pour réduire sa dette.

Mariage impossible

Alors, va-t-on vers une concentration des forces dans la grande distribution française. Pas tout de suite, dit Carrefour qui ponctue sa communication en indiquant qu'il est concentré sur l'exécution de son plan de transformation 2022 et qu'il examine actuellement "les voies de droit à sa disposition à même de faire cesser ces insinuations inacceptables".

Du côté des analystes, on voit mal comment les deux groupes français pourraient célébrer leurs noces. Car avant cela, il faudrait faire le tri dans leurs magasins pour avoir l'aval des autorités de la Concurrence. Aux cours de clôture de vendredi, les actions Casino et Carrefour sont en repli de respectivement 28,7% et 8% depuis le début de l'année, contre une hausse de 1% pour l'indice regroupant les valeurs européennes liées à la distribution.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés