Hunkemöller réduit la voilure en Belgique et aux Pays-Bas

Hunkemöller entend s'étendre sur les marchés en croissance, au détriment des marchés les plus saturés, dont la Belgique. ©ANP XTRA

La crise du Covid-19 contraint la chaîne de lingerie à modérer ses ambitions. Le nombre de magasins sera réduit en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Comme d'autres enseignes, Hunkemöller a souffert de la crise du Covid-19. La fermeture de ses magasins durant plusieurs semaines a mis à mal sa situation financière.

La chaîne de lingerie néerlandaise se voit aujourd'hui contrainte de revoir ses plans d’expansion à la baisse. Au programme, une stabilisation du nombre de boutiques. Selon son CEO Philip Mountford, qui s'exprimait lors d’un événement organisé par RetailDetail, la marque s’en tiendra "probablement" à 950 magasins, au lieu des 1.400 visés.

950
boutiques
Hunkemöller devrait s’en tenir à 950 magasins, au lieu des 1.400 visés.

Cette révision stratégique se fera au détriment des marchés matures, où l’entreprise réduira sa présence. Hunkemöller ambitionne en effet de poursuivre son expansion sur quelques marchés en croissance, notamment la Russie. Des commerces devront dès lors fermer en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Le nombre exact de fermetures envisagées par Hunkemöller n’a pas été précisé. En Belgique, l'enseigne détenue par le fonds Carlyle depuis 2015 dispose de plus de 100 points de vente.

Stratégie omnicanal

"Nous nous concentrerons principalement sur les boutiques les plus rentables, situées en général dans de plus petites agglomérations", a expliqué Philip Mountford.

"Nous nous concentrerons sur les boutiques les plus rentables, situées dans de plus petites agglomérations."
Philip Mountford
CEO de Hunkemöller

L'enseigne créée en 1886 prévoit aussi d'accélérer sa stratégie omnicanal. Les ventes en ligne devraient être portées de 180 à 250 millions d'euros d'ici 3 ans.

Confrontée à un endettement de 371 millions d’euros, Hunkemöller est actuellement en pourparlers avec les banques, qui  lui ont accordé un sursis. Mais l’entreprise entend renégocier ses conditions de financement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés