Inquiétudes à la Fnac Belgique

©Photo News

Un conseil d’entreprise extraordinaire est prévu mardi après-midi. Officiellement pour examiner les perspectives de l’entreprise. Les syndicats sont inquiets.

La direction de la Fnac Belgique a convoqué pour mardi après-midi les permanents syndicaux pour un conseil d’entreprise extraordinaire. Officiellement, il s’agit d’évoquer les perspectives de l’entreprise. Mais on sait ce que genre de convocation est rarement bon signe. "C’est l’insécurité qui règne parmi les travailleurs et aucune réponse ne nous a été donnée depuis des mois malgré nos tentatives d’interpellation", souligne Anne-Marie Dierckx, permanente CNE en charge de la FNAC: "Nous ne savons pas ce qui va être dit demain, mais nous ne sommes pas du tout rassurés sur les perspectives d’avenir."

"La direction veut imposer plus de flexibilité et de polyvalence comme c’est le cas chez Vandenborre."
Anne-Marie Dierckx
Permanente CSC

D’après la syndicaliste, le personnel, inquiet sur son avenir est victime d’un stress intense. C’est en tout cas la conclusion d’une étude menée en son sein par les représentants du personnel. "La direction qui ne croyait pas dans nos conclusions a procédé à la même étude qui a donné les mêmes résultats, nous dit Anne-Marie Dierckx. Nous avions alors demandé un bureau de conciliation pour mardi; à la place on nous convoque pour un conseil d'entreprise extraordinaire!"  Par ailleurs, le rapprochement avec Vandenborre - conséquence de la fusion Fnac Darty - se passerait difficilement. "La direction veut imposer plus de flexibilité et de polyvalence comme c’est le cas chez Vandenborre", témoigne la syndicaliste.

Aucun chiffre récent ne circule sur la santé financière ni sur le contenu de l’annonce qui sera faite. "Nous réservons ces informations en priorité à notre personnel", nous a indiqué la porte-parole de la Fnac Belgique Anne Baugnée. Il serait question de développer des magasins plus petits et de réintroduire des points Fnac comme il en a existé dans le passé. La Fnac compte 11 magasins en Belgique et employait en 2017 470 équivalents temps plein en 2017.

Quant aux performances financières, les derniers chiffres disponibles datent de 2017. Ils font état d’un chiffre d’affaires en recul de 2,7% à 155,8 millions par rapport à 2016 en raison de la baisse des ventes de CD/DVD et de téléviseurs, alors que la téléphonie, le son, la bureautique et la papeterie progressaient. Après deux exercices positifs, l’entreprise est tombée dans le rouge avec une perte d’exploitation de 157.000 euros et une perte nette de 755.000 euros. Des résultats qui contrastent avec les bonnes performances de la maison-mère. En 2018, son bénéfice net a quadruplé pour atteindre 150 millions d'euros, suite à la cession d'une filiale au Brésil. Son chiffre d'affaires affiche quant à lui une très légère hausse de 0,4% à 7,475 milliards d'euros.   

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés