Interforum ferme ses activités logistiques en Belgique

©Mathieu Menard

Conséquence directe de la suppression de la tabelle en Belgique, le distributeur Interforum gérera les relations avec les libraires belges à partir de la France.

Il n'aura donc pas fallu longtemps pour voir les premières conséquences de la suppression de la tabelle en Belgique. Selon plusieurs sources, Interforum, l'un des deux principaux distributeurs de livres francophones en Belgique, devrait cesser prochainement ses activités de distribution en Belgique pour recentrer ces opérations logistiques à partir de la France. Interforum maintiendrait par contre des activités commerciales en Belgique.

Le groupe Editis, maison mère d'Inerforum, se refuse à tout commentaire sur le sujet. "Pour des raisons légales, dans le cadre d'un projet et des discussions avec les partenaires sociaux", précise-t-on à Paris. Ce qui signifierait donc qu'une procédure de restructuration a bien été initiée. Elle aurait été communiquée ce lundi matin aux partenaires sociaux.

La suppression progressive de la tabelle entamée en 2018 vient marquer le coup de grâce pour les activités d'Interforum, déjà en difficultés récurrentes depuis quelques années.

Seule l'activité logistique serait concernée, soit une trentaine de personnes. Les activités de diffusion, soit le commercial et la représentation des éditeurs seraient par contre maintenus, selon le site d'information spécialisé Actualitté. Ce lundi soir, personne n'était disponible auprès d'Interforum, en Belgique, pour commenter l'information.

La fin de la tabelle

La suppression progressive de la tabelle entamée en 2018 vient donc marquer le coup de grâce pour les activités d'Interforum, déjà en difficultés récurrentes depuis quelques années. Ce surcoût de 10 à 15% par rapport à la France avait été instauré pour couvrir les frais de douane et les risques de variation de taux de change entre les deux pays.

Faute de cette rentrée, le groupe Editis a fait ses comptes. Pourquoi maintenir à Bruxelles un service de livraison si le même service peut être opéré à partir de Malesherbes, dans le Loiret, au sud de Paris.

"Alors que nos coûts augmentent en permanence, notre marge se réduit à rien depuis la nouvelle législation."
Patrick Moller
Directeur général de Dilibel

Et la réflexion est sensiblement la même du côté de l'autre grand distributeur de livres francophones en Belgique, Dilibel, filiale de Hachette Livre. Fin décembre, à la veille de la suppression du dernier reliquat de la tabelle, Patrick Moller, le directeur général de Dilibel le regrettait: "alors que nos coûts augmentent en permanence, notre marge se réduit à rien depuis la nouvelle législation", constate Patrick Moller, patron de Dilibel, qui maintient depuis le début de cette année une différence de prix entre la Belgique et la France.

Restera maintenant à voir si le service aux libraires belges et les délais de livraison pourront aussi bien être assuré au départ de la France que de la Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés