JBC a-t-il les reins solides pour reprendre CKS et Fred&Ginger?

Claes Retail Group, qui détient déjà JBC et Mayerline, ajoute CKS et Fred & Ginger à son portefeuille. ©Jonas Roosens

Si on attend toujours une décision pour Brantano, JBC annonce la reprise de trois enseignes du groupe failli FNG. Reste à savoir s'il réussira là où FNG a échoué?

Les discussions étaient en cours depuis plusieurs jours entre les curateurs du groupe FNG (Brantano, CKS, Miss Etam, Fred & Ginger, Claudia Sträter...). Elles ont abouti mercredi soir.

Claes Retail Group, le holding familial à la tête de JBC et Mayerline, reprend les marques CKS, Fred & Ginger et Baker Bridge, indique le curateur Geert Van Deyck.

"Les négociations concernant cette reprise ont abouti avec succès mercredi soir, après un accord entre les parties concernées." Il ne donne pas davantage de précisions.

"Nous sommes très heureux d'accueillir ces marques", déclarent les repreneurs Bart et Ann Claes. "Comme nos deux autres marques, JBC et Mayerline, elles ont une identité de marque forte avec un ancrage nettement local. Nous avons l'ambition d'offrir à ces belles marques un avenir durable au sein d'un groupe familial financièrement sain."

"J'y vois davantage une opération stratégique que commerciale."
Pierre-Alexandre Billiet
CEO de Gondola et professeur à Solvay Business School

Opération stratégique ou commerciale?

Pierre-Alexandre Billiet, CEO de Gondola et professeur à la Solvay Business School, se dit surpris par cette reprise. "J'y vois davantage une opération stratégique que commerciale."

Il y a quinze jours, un tribunal prononçait la faillite de FNG entraînant dans sa chute toutes ses enseignes. Le groupe croulait sous les dettes et les banques lui avaient tourné le dos. En cause, une politique d'expansion hyper agressive qui les avait même menés l'an dernier à prendre pied en Suède.

Quant à Claes Retail Group, il faisait déjà état d'une rentabilité sous pression avant la crise sanitaire.

Depuis plusieurs années, JBC et Mayerline, qui ne sont ni présents dans l'habillement bon marché ni dans la haute couture, font face à la concurrence de l'e-commerce. "Le groupe est dans la ligne de mire du 'retail catastrophe', car il est dans le segment convoité par les grands acteurs de l'e-commerce."

125
magasins
Claes retail Groupe compte 117 boutiques JBC et Mayerline en Belgique et 8 au Luxembourg et en Allemagne.

L'année 2019 s'est ainsi soldée par la fermeture de 16 boutiques. D'autres pourraient suivre.

Désormais, il faut également ajouter l'impact Covid. En juillet dernier, Bart Claes, le CEO de CRG évoquait un chiffre d'affaires en recul de 10%. Il ajoute que "ce serait un exploit", si le groupe affiche pour l'année un résultat brut d'exploitation à l'équilibre.

Pour pouvoir doter les 117 magasins belges, et les 8 magasins luxembourgeois et allemands des nouvelles collections, le groupe a dû souscrire un crédit-pont. Claes Retail Group va-t-il donc réussir à porter à bout de bras ces nouvelles enseignes?

Effet de masse

Il est sûr qu'en reprenant ces enseignes, le groupe se prémunit de voir arriver un nouveau concurrent ou de voir un concurrent prendre du poids.

Au niveau positionnement de marque, ce deal offre aussi une belle complémentarité. Là où ça coince, c'est davantage au niveau du business model.

Cette reprise se traduira sans conteste par un effet de masse, qui sera bénéfique aux achats, mais aussi lorsqu'il s'agira de négocier avec les banques.

En effet, si Pierre-Alexandre Billiet salue l'actionnariat familial de JBC qui offre une gestion de risque plus prudente, il ajoute que l'intégration de ces nouvelles enseignes devra passer par une recapitalisation.

Objectif e-commerce

L'opération devra aussi déboucher sur un nouveau business model axé sur l'e-commerce.

En 2018, JBC avait réussi à s'allouer les services de l'ex-CEO de Vente-Exclusive, Peter Grypdonck. Néanmoins, le groupe a encore du chemin à faire en termes de digitalisation. "FNG est davantage développé dans l'e-commerce grâce notamment à son dépôt hyper digitalisé. JBC, lui, est loin de faire partie des précurseurs comme Torfs, par exemple", poursuit le CEO de Gondola.

Quel avenir pour Brantano?

Le communiqué de la curatelle sur la reprise des enseignes CKS, Fred & Ginger et Baker Bridge ne donne aucune information sur l'avenir de Brantano. L'allemand Diechmann serait le dernier candidat repreneur en lice pour la chaîne de magasins de chaussures de FNG.

Mercredi soir, le néerlandais Ziengs Retail annonçait se retirer des discussions en vu de reprendre la chaîne de magasins de chaussures.

"Lors des négociations avec les curateurs, il est apparu qu'il n'y avait pas de place pour élaborer un plan viable pour le redémarrage de Brantano", indiquait-il.

L'allemand Diechmann serait donc le dernier candidat repreneur en lice. Les discussions ne semblent toutefois pas encore finalisées.

La faillite de plusieurs filiales du groupe de mode FNG, dont Brantano, a été prononcée il y a une quinzaine de jours.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés