L'action la plus mal aimée en Europe, c'est Colruyt!

©Photo News

La banque d’affaires américaine Goldman Sachs recommande de vendre les actions Colruyt. Elle évoque une baisse des marges et une valorisation trop élevée. Le titre est le moins aimé en Europe parmi les analystes financiers.

Triste hasard qui pourrait nous faire croire que Goldman Sachs ne porte pas trop les actions belges dans son cœur, ces derniers temps. En l’espace de quelques jours, la banque d’affaires américaine a revu son conseil à la baisse sur deux d’entre elles en suggérant de s’en débarrasser : bpost qui le jour de l’annonce a chuté de 12% et Colruyt , aujourd’hui, qui a perdu plus de 5% en début de séance.

Et ce n’est pas son récent conseil d’achat sur Aperam qui atténuera le constat. Si le producteur d’inox est bien membre du Bel 20, il est plus luxembourgeois que belge. Passons.

Marges et valorisation

Que reproche Goldman Sachs au numéro un de la distribution en Belgique? Essentiellement, un risque de resserrement des marges - qu’elle voit baisser au cours du second semestre 2019 et du premier semestre 2020- associé à un cours de Bourse trop généreux.

"Nous voyons une combinaison d’une détérioration des conditions de marché avec une valorisation élevée ce qui accentue le risque à la baisse" a indiqué le broker qui était à neutre sur le titre avant de tourner casaque. Son objectif de cours passe de 51 euros à 49 euros. Il reconnaît toutefois que le groupe reste l'un des distributeurs affichant la plus grande qualité en termes de rendement sur le capital investi et de génération de cash.

Ce mercredi matin, le titre a chuté de près de 6% à 63,22 euros avant d’effacer une partie de ses pertes.

Aucun broker à l'achat

Colruyt occupe une place à part dans le Bel 20. Malgré des avis négatifs d’un grand nombre d’analystes financiers, l’action a grimpé de 43% en 2018 mais a ralenti la cadence en 2019 (+4%). Tout le contraire d’AB InBev porté aux nues par ces mêmes analystes mais qui a connu une année catastrophique en Bourse l’an dernier tout en redressant la tête en 2019.

La situation n’a guère changé pour le distributeur. Sur les 18 analystes recensés par Bloomberg qui suivent la valeur 16 conseillent de la vendre et deux de la conserver. Aucun ne recommande d’en garnir son portefeuille. L’objectif de cours moyen atteint 44 euros, un niveau largement en deçà de son prix en Bourse. Degroof Petercam est le plus confiant dans les perspectives du groupe avec un "target" de 56 euros. 

Au sein de l'indice pan-européen Stoxx Europe 600 , Colruyt affiche même la plus mauvaise cote parmi les analystes. Le consensus s'élève à 1,44 contre une moyenne de 3,63 pour l'indice sur une échelle où 1 correspond à "vendre" et 5 à "acheter".

Action très chère 

Cela dit, il faut bien reconnaître que l’action Colruyt est très chère par rapport à ses concurrents. Son rapport cours/bénéfice estimé pour 2019 atteint 23,70 contre 12,44 pour Ahold Delhaize et 14,76 pour Carrefour , par exemple.

Mais apparemment les investisseurs n’en ont cure et restent friands de cette valeur défensive par excellence. On verra dès la semaine prochaine si leur confiance est bien placée. Colruyt publiera ses résultats annuels le 18 juin après Bourse.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n