L'e-commerce bio belge s'étoffe d'une nouvelle enseigne

©Greenweez

Greenweez, acteur de l'e-commerce bio dans les mains du groupe Carrefour, débarque en Belgique. Son modèle: des ventes en ligne traditionnelles et un catalogue de produits étoffé, pas de quoi marcher sur les plates-bandes de Kazidomi.

"Greenweez, la nouvelle boutique bio en ligne prête à séduire la Belgique", c'est en ces termes que la jeune pousse rachetée en 2016 par le groupe Carrefour annonce son arrivée sur notre territoire.

L'enseigne entend bien profiter de l'engouement actuel pour le manger sain, le manger écoresponsable. "La présence de Greenweez en Belgique est inspirée par une volonté de s’adresser à un public plus large et d'être plus proche des clients. Cette proximité physique permet de limiter les distances parcourues, de raccourcir les délais de livraison et de créer un écosystème local vertueux."

Elle dit ainsi privilégier un ancrage local tant pour la logistique que pour la production. "Le personnel est belge, le partenaire logistique est une entreprise familiale belge, les fournisseurs et producteurs locaux sont privilégiés et nous soutenons les jeunes marques locales autant que possible."

Le frais dans une seconde étape

Pour l'heure, Greenweez.be propose 4.000 produits des rayons épicerie, boissons, beauté & hygiène et entretien. Un accent zéro déchet, le sans gluten est aussi avancé. L'objectif est d'arriver à terme à 6.000 produits frais, fruits et légumes compris.

4.000
produits
Greenweez.be propose 4.000 produits des rayons épicerie, boissons, beauté & hygiène et entretien. L'objectif est d'arriver à terme à 6.000 produits frais, fruits et légumes compris.

Le système est simple: quelques clics sur le site. Cette commande est envoyée au dépôt de Nivelle qui l'acheminera dans les 3 à 4 jours ouvrables au domicile du client ou dans un point d'enlèvement.

Les commandes vont affluer au dépôt de Nivelles d'où elles seront livrées dans les 3 à 4 jours.

La plateforme est actuellement disponible dans toute la Belgique pour les produits secs. Les fruits, légumes et produits frais seront disponibles à l'automne à Bruxelles, dans les deux Brabants et une partie du Namurois et du Hainaut.

Il faut dire que les produits frais restent un point faible de l'enseigne. En France, elle vient ainsi de conclure un accord avec le marché de Rungis pour lancer "Greenweez-Le Marché" qui s'engage à livrer les commandes le jour même. L'offre est aujourd'hui réservée à Paris et sa banlieue.

La concurrence

Interrogée en février dernier dans Les Echos, Greenweez ne cachait pas ses ambitions. "Nous avons des concurrents partout et nulle part. Nous sommes le seul spécialiste du bio en ligne", résumait Camille Cordonnier, la directrice du marketing.

Pourtant en Belgique, la concurrence existe. Et ces acteurs ont eu le vent en poupe durant le confinement. "Le jour de l’annonce du confinement, on a doublé le nombre de commandes en Belgique, tandis qu’en France, où nous réalisons 70% de notre chiffre d’affaires, elles ont même triplé au lendemain des premières annonces d’Emmanuel Macron", nous affirmait il y a peu Emna Everard, cofondatrice de Kazidomi.

Après avoir réalisé un chiffre d’affaires de 1,4 million d’euros en 2018, la start-up vise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en 2020. 

"Les gens viennent chez Kazidomi pour consommer sain, sans casser leur tirelire. Chez Greenweez, c'est pour consommer bio en étant attaché à des marques, et sans sortir de chez soi."
Emna Everard
co-fondatrice de Kazidomi

Pourtant, Emna Everard ne voit pas l'arrivée de Greenweez d'un mauvais œil. "Nous voyons bien en France que tant l'offre que la clientèle visée ne sont pas les mêmes. Les gens viennent chez Kazidomi pour consommer sain, sans casser leur tirelire. Chez Greenweez, c'est pour consommer bio en étant attaché à des marques, et sans sortir de chez soi." Une stratégie plus proche de retailer comme Bio-planet de Colruyt.

L'offre est en effet différente: Greenweez vise une kyrielle de références, là où Kazidomi se veut sélectif avec une offre alliant exclusivité et qualité. Mais l'un comme l'autre, ne sont guère spécialisés dans le frais. "On voit beaucoup de nos clients être clients chez eFarmz qui est totalement complémentaire à Kazidomi."  

Et chez eux aussi, le confinement a eu du bon. Muriel Bernard, fondatrice de la plateforme de vente en ligne de produits bio issus de petits producteurs et de boites-repas affirme que depuis le début du confinement, les achats ont été multipliés par trois.  

Dans un pays ou l'e-commerce est à la traîne et où l'éducation du consommateur reste à faire, l'arrivée d'un nouvel acteur est toutefois vue positivement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés