Publicité
Publicité

L'e-commerce peut-il être durable?

Le transport et les emballages sont les défis principaux des e-commerçants pour une activité plus durable. ©REUTERS

Émissions obligataires vertes, lancement dans le seconde main... Les géants de l'e-commerce semblent s'ouvrir au durable, mais jusqu'à quel point?

Amazon, Zalando, Ebay, Bol.com... Les géants de l'e-commerce multiplient les annonces de "mise au vert". Au début du mois, le groupe de Jeff Bezos levait 1 milliard de dollars via sa première émission obligataire durable. Amazon dit vouloir investir massivement dans les énergies renouvelables, des bâtiments plus verts et des  véhicules et vélos électriques et autres véhicules de livraison alternatifs à propulsion électrique.

"Zalando veut être une plateforme durable avec un effet bénéfique pour la planète."
Kate Heiny
directrice "développement durable de Zalando"

Critiqué pour son rapport au monde syndical et la gestion de son personnel pendant la pandémie, Amazon dit viser le zéro carbone d'ici à 2040, des opérations alimentées en énergies renouvelables d'ici à 2030, et davantage d'embauches dans la main-d’œuvre sous-représentée.

"Zalando veut être une plateforme durable avec un effet bénéfique pour la planète", lance, pour sa part, Kate Heiny, directrice "développement durable de Zalando". David Schneider, co-CEO, ajoute que le durable est de plus en plus au cœur de la consommation, particulièrement auprès des jeunes. "Les achats durables ont triplé en 2020. La pandémie jouer un rôle d'accélérateur."

Mais dans les faits, l'e-commerce peut-il devenir plus durable ou est-ce juste du greenbashing? 

Emballer et transporter

Pour commencer, de quoi parle-t-on lorsqu'on évoque la durabilité d'un acteur de l'e-commerce? Pour Edward Sims, spécialiste du changement climatique et de la durabilité chez EY, cette notion doit prendre en compte les éléments les plus importants de l'activité sur lesquels l'entreprise a le contrôle.

Dans le cas de l'e-commerce, on parle ainsi de la logistique et de l’empreinte des emballages. "Les e-commerçants n'ont pas un contrôle direct sur les produits, même s'ils contribuent également à atteindre une empreinte carbone neutre."

Le verdissement des obligations d'entreprises

Fin 2020, les émissions mondiales d’obligations vertes atteignaient le montant record de 270 milliards de dollars, selon le Climate Bonds Initiative. Cette année, elles pourraient atteindre 450 milliards de dollars.

Lire aussi | L'obligation verte n'est plus un marché de niche

Sur le plan des emballages, des efforts peuvent encore être fournis en tenant compte tant de l'aspect recyclage, que de l'aspect compact et poids pour le transport. "Cela passe aussi par l'éducation du consommateur. Il est intelligent, il comprendrait qu'attendre cinq jours pour être livré en une fois de sa commande réduirait l'empreinte carbone", estime Edward Sims.

Regrouper les emballages réduirait la logistique, les transports et donc, au final, les coûts. Dans le prolongement de cette logique, on pourrait aussi revoir le mécanisme des retours. S'ils étaient effectués en même temps que la livraison, cela éviterait le retour au dépôt de camions vides. Voire, comme le propose déjà HelloFresh, une reprise lors d'une livraison ultérieure des emballages de l'enseigne.

Des engagements pourraient aussi être pris en amont entre le commerçant et l'e-commerçant pour une fourniture groupée une ou deux fois par semaine au centre de distribution.

Trait d'union vers l'économie circulaire

Qui dit commerce en ligne, dit consommation énergétique élevée via l'informatique. Là aussi, il y a des avantages et des inconvénients à en tirer. L'IT permet, notamment, le développement de l'utilisation des data, l'intelligence artificielle et des "internet of things", des solutions qui peuvent déboucher sur une meilleure gestion énergétique et une activité plus ciblée.

Pourquoi ne pas évoluer vers un e-commerce de service où "on ne possède plus", mais "on a accès à".

Reste la question des produits vendus. Sans conteste, le seconde main prend de l'ampleur. Edward Sims voit dans l'e-commerce un acteur important dans la transition de l'économie linéaire vers l'économie circulaire. "On voit, par exemple, beaucoup d'articles de puériculture vendus de gré à gré. Il y a là une opportunité pour les acteurs."

Il reprend l'exemple d'Apple qui, dans un contexte de carence des matières premières, reprend des anciens appareils et les revend en seconde main.

"Pour les poussettes, les acteurs pourraient aussi lancer un système de location, comme on loue un vélo ou une trottinette pour se déplacer en ville." Évoluer en quelque sorte vers un e-commerce de services, où "on ne possède plus", mais "on a accès à".

Pas qu'une question de communication

L'e-commerce semble conscient de cette nécessité d'être plus durable et pas uniquement pour des questions de communication. Il a un double avantage dans cette transition: l'argent disponible et des dirigeants, souvent jeunes, visionnaires et passionnés par l'environnement.

10 milliards
de dollars
Jeff Bezos a investi 10 milliards de dollars dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Edward Sims revient notamment sur les 10 milliards de dollars de Jeff Bezos investis dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il évoque aussi les dirigeants de start-ups qui, outre l'environnement, ont aussi à cœur les défis sociétaux, comme la formation des jeunes, la croissance du business essentielle au développement de l'emploi futur.

"On va aller étape par étape vers plus de durabilité. La révolution industrielle ne s'est pas faite non plus en une fois", conclut Edward Sims voyant dans cette révolution de la place tant pour les grands acteurs que pour les petits.

Le résumé

  • Amazon, Zalando… tous les géants de l'e-commerce, mais aussi les plus petits acteurs, adoptent un discours durable.
  • Il ne s'agit pas que de greenbashing, les e-commerçants sont conscients de l'évolution des pratiques. Et au final, ils peuvent jouer les traits d'union dans la transition de l'économie linéaire vers la circulaire.
  • Mais les défis sont nombreux, notamment en matière de transport et d'emballage

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés