L'un des fondateurs de FNG placé en détention

©Thomas De Boever

Cet été, le parquet d’Anvers a ouvert une instruction judiciaire sur des soupçons de malversations commises dans le cadre de la faillite du groupe de mode FNG.

Dieter Penninckx a été arrêté une nouvelle fois ce vendredi et placé en détention. Le fondateur de FNG est soupçonné de fraude fiscale, selon les informations de Het Nieuwsblad, confirmées à nos confrères du Tijd ce samedi. Sa femme, Anja Maes, a également été interrogée, mais placée sous surveillance électronique.

Fin août, les fondateurs de la chaîne de mode en faillite FNG - Dieter Penninckx, Anja Maes et Manu Bracke - avaient été arrêtés et interrogés. Ils ont été libérés par la suite, mais sous des conditions strictes. Penninckx, qui est également président et propriétaire du club de football KV Mechelen, et Maes auraient violé ces conditions, mais le procureur d'Anvers ne donne pas plus d'informations au Tijd. Bracke a respecté les conditions.

Tous trois sont soupçonnés de falsification, de dépôt de faux comptes annuels, de manipulation du cours de la bourse, d'abus de biens sociaux et d'entrave à l'enquête du FSMA, l'organisme de surveillance des marchés boursiers. Le mois dernier, le FSMA a transféré l'ensemble du dossier au ministère public après avoir commencé sa propre enquête.

L'enquête en cours

Mi-août dernier, le parquet d’Anvers a ouvert une instruction judiciaire sur des soupçons de malversations commises dans le cadre de la faillite du groupe de mode FNG, maison mère de Brantano, CKS, Claudia Sträter, Miss Etam, etc. Selon Kristof Aerts, porte-parole du parquet d’Anvers, le juge d’instruction ne devra pas uniquement déterminer si FNG s’est rendu coupable de manipulation de marché, mais également si d’autres délits ont été commis, comme des faux en écriture ou des manœuvres dilatoires contre l’enquête lancée par la FSMA sur le groupe FNG.

Le 8 juillet dernier, l’autorité de contrôle – la FSMA – avait transmis son dossier au parquet d’Anvers. Dans son communiqué de presse, la FSMA n’évoquait que des indices d’éventuelles manipulations de marché sous la direction de l’ancien management de FNG.

Mais le parquet d’Anvers soupçonne l’existence d’autres délits dans l’épais dossier transmis par la FSMA, confirmait alors le porte-parole du parquet. Il s’agit de faux et usage de faux, de faux en écriture (rapport annuel), de manœuvres dilatoires contre l’enquête de la FSMA, et d’abus de biens sociaux. Si le dossier aboutit à des poursuites, les prévenus pourraient se voir infliger des peines sévères pouvant aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement.

D'autres personnes seraient impliquées

L’enquête judiciaire ne vise pas uniquement l’ancienne direction de FNG, à savoir les trois fondateurs Dieter Penninckx, Anja Maes et Manu Bracke. Sur base des pièces du dossier, d’autres personnes se trouvent dans le collimateur de la justice, pouvait-on entendre. Mais selon le parquet d’Anvers, il était alors prématuré de citer des noms, car la liste des personnes suspectées n’était pas encore définitive.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés