Publicité

La chaîne CASA se met sous protection judiciaire

En difficulté financière, CASA a introduit une requête en protection judiciaire ©Photo News

L'enseigne belge de magasins CASA International a introduit une demande de réorganisation judiciaire pour se donner "le répit nécessaire" pour assurer la continuité des activités. La fermeture des magasins entraînée par la crise du Covid-19 a vidé les caisses.

La crise du Covid-19 fait des plus fragiles des victimes de choix. En difficulté depuis plusieurs années, l'enseigne belge CASA s'est mise sous protection judiciaire afin de se donner "le répit nécessaire pour assurer la continuité et la pérennité de ses activités" et se mettre à l'abri de ses créanciers.

La chaîne, qui dispose de 505 magasins dans neuf pays (Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, France, Italie, Suisse, Espagne, Portugal et Maroc), avait pourtant élaboré en 2017 un plan stratégique censé refaire d'elle un acteur de premier plan dans le secteur des articles de décoration intérieure pour 2020. La logistique a été centralisée, un nouveau concept de magasin a été introduit, les collections ont été renouvelées et la stratégie de marketing a été revue. Sans oublier le démarrage de la vente en ligne.

Un "bon départ" interrompu

C'était sans compter sur la crise du Covid-19 et le confinement qu'elle a entraîné, interrompant brutalement le "bon départ" du début d'année, avec des ventes de 10% supérieures à celles du début 2019.

"Il s'agit de restructurer la dette. L'intention est d'opérer un redémarrage complet."
Marc Jacobs
Permanent du syndicat ACV Puls

Lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, la direction a toutefois précisé que la procédure ne donnerait pas lieu à des fermetures de magasins ou à des licenciements parmi les quelque 3.100 salariés. "Il s'agit de restructurer la dette. L'intention est d'opérer un redémarrage complet" de l'enseigne, a précisé Marc Jacobs, permanent du syndicat flamand ACV Puls.

Les magasins "ont été contraints de fermer temporairement leurs portes, ce qui a entraîné un arrêt des ventes, avec un impact dramatique sur les flux de trésorerie et les liquidités du groupe", précise CASA dans un communiqué.

70
millions €
En début d'année, la famille néerlandaise Blokker, propriétaire de CASA, avait injecté près de 70 millions d'euros dans CASA.

En début d'année, la famille néerlandaise Blokker, propriétaire de CASA, avait pourtant injecté près de 70 millions d'euros via la conversion de créances en capital. Cela fait en effet cinq ans que CASA est dans le rouge. Au début de 2019, l'endettement atteignait 110 millions d'euros, tandis que les fonds propres étaient retombés de 30 millions à 11 millions d'euros.

CASA se trouvait alors face à la pression d'une concurrence de plus en plus agressive, à commencer par le néerlandais Action, qui vend des produits analogues à bas prix. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés