Publicité

La chaîne de prêt-à-porter e5 repart du bon pied

L'entreprise, basée à Saint-Nicolas (Flandre orientale), emploie aujourd'hui 400 salariés et compte 55 magasins répartis dans toute la Flandre.

Relancée en début d'année, l'enseigne flamande de magasins de mode est sortie du rouge. Objectif: un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros d'ici 2023.

Des comptes ramenés dans le vert, 50 embauches, les magasins rénovés à un rythme soutenu: l'impact négatif de la crise sanitaire sur les magasins de mode n'empêche pas la chaîne flamande e5 (ex-e5 Mode) d'afficher son optimisme. Un très bon premier semestre lui permet en effet de tabler sur des bénéfices substantiels dès cette année.

"E5 est en avance sur son plan d'affaires et peut déployer ses plans d'investissement à plein régime."
Peter et Kristof De Sutter
Représentants de la famille propriétaire d'e5

"E5 est en avance sur son plan d'affaires et peut déployer ses plans d'investissement à plein régime", affirment Peter et Kristof De Sutter, les représentants de la famille propriétaire. Active dans le textile, celle-ci a été choisie en début d'année pour être le repreneur de la chaîne de magasins de prêt-à-porter, au détriment du groupe Colruyt et du holding danois BTX.

À l'horizon 2023, e5 vise un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros. L'entreprise, basée à Saint-Nicolas (Flandre orientale), emploie aujourd'hui 400 salariés et compte 55 magasins répartis dans toute la Flandre. Pour rappel, les 12 magasins wallons, jugés trop peu rentables, avaient été fermés en avril 2020.

Clientèle rajeunie

100
millions €
À l'horizon 2023, l'ex-e5 Mode vise un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros.

Grâce à un rythme d'investissements soutenu, l'enseigne de mode entend atteindre au moins 60 magasins dans les années à venir en Flandre, tout en renouvelant et en améliorant la durabilité des magasins existants.

Elle mise aussi sur un élargissement et un rajeunissement de la clientèle, en s'appuyant sur un parc de magasins rénové et sur la force de ses collections. "C'est, avec le développement et le renforcement de nos canaux de vente numériques, notre plus grand défi", soulignent les frères De Sutter.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés