La grogne du centre de distribution de Decathlon pourrait s'étendre aux magasins

Les salariés du centre de distribution de Decathlon à Willebroek en bloquaient l'accès en début de semaine. Mardi soir, la direction a envoyé un huissier sur place. ©Wim Kempenaers

Depuis une semaine, les salariés du centre de distribution de Decathlon à Willebroek dénoncent leurs conditions de travail. Face à l'absence de dialogue avec la direction et la surcharge de travail, les syndicats n'excluent pas des actions dans les magasins.

Tensions sociales chez Decathlon. Un mouvement de grève est organisé depuis une semaine au centre de distribution de Willebroek où la zone de chargement/déchargement avait été bloquée. Mais mardi soir, la direction de l'enseigne a envoyé un huissier aux portes du centre afin d'interrompre l'action. Les camions peuvent à nouveau atteindre l'entrepôt. 

La veille, les syndicats avaient pourtant indiqué que la direction était prête à tenir une réunion. Pour Diana Minten, du SETCa, il n'y a toutefois jamais eu de véritable dialogue. "La direction s'est montrée intimidante envers des travailleurs. Finalement, ils ont opté pour une action totalement différente à la discussion." 

Une réunion du personnel est organisée ce mercredi matin. Quant aux syndicats, ils se concertent sur l'évolution à donner au dossier alors que la direction n'a toujours transmis aucune date prévoyant la tenue de négociations.

Masques, horaires, prime

"On entend partout des signes de colère chez Decathlon."
Erika Lambert
ACV Puls

"Nous ne recevons aucune réponse de la direction à nos demandes", indique Erika Lambert d'ACV Puls. Les travailleurs dénoncent une insuffisance de masques et le non-respect des règles de distanciation. Ils ajoutent une organisation imposée pour faire face au pic d'activité avec notamment l'introduction non concertée du travail de soirée et de nuit. Enfin, ils soulignent que le personnel français de la chaîne de magasins de sport touche une prime de 25 euros par demi-jour de travail durant la crise du coronavirus, là où leur prime variable de 5% a été supprimée.

Tâche d'huile et absence de discussions

Si pour l'heure, la grogne est concentrée sur le seul centre de distribution de l'enseigne en Belgique, il y a des craintes de voir l'action faire tache d'huile dans les magasins. "On entend partout des signes de colère. Dans les magasins, il y a une surcharge de travail avec l'afflux de clients. Le personnel fait aussi face à des stocks manquants dus à la fermeture temporaire de certaines usines durant la pandémie. Il y a donc de la frustration. À cela s'ajoute, les nombreux clients venant sans masque, dans l'indifférence de la direction," explique la syndicaliste chrétienne.    

37
magasins
Decathlon compte 37 magasins et un centre de distribution en Belgique.

Decathlon compte 37 magasins en Belgique. Ils sont généralement achalandés par le centre anversois, et parfois via les centres néerlandais et allemands proches de la frontière.

Les syndicats dénoncent enfin l'absence de discussions au sein de l'entreprise depuis l'arrivée de la direction actuelle en 2012. Contactée, cette dernière n'a pas souhaité faire de commentaire.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés