Publicité

La grogne se poursuit chez Lidl

Des magasins du groupe Lidl resteront portes closes ce jeudi. ©BELGA

Comme hier, une centaine de magasins Lidl resteront portes closes ce jeudi. Des piquets volants sont également organisés afin d'informer le personnel.

La grogne se poursuit ce jeudi matin au sein de l'enseigne Lidl. Des piquets volants sont organisés afin d'informer le personnel. "Si une majorité de salariés le décide, le magasin est ensuite fermé. On voit que beaucoup de magasins attendent notre arrivée pour fermer", explique Stanny Hermans, CNE.

"Dans les magasins aussi, nous avons de nombreux affiliés prêt à poursuivre le mouvement jusqu'à samedi inclus."
Stanny Hermans
CNE

La centrale de Genk était toujours à l'arrêt. "J'entends que la direction a dépêché des huissiers." La centrale de Gulleghem, fermée hier, a repris le travail. Quant aux centrales wallonnes, toujours en activité, il se pourrait qu'elles partent en grève ce week-end.

"Dans les magasins aussi, nous avons de nombreux affiliés prêt à poursuivre le mouvement jusqu'à samedi inclus", poursuit le syndicaliste chrétien.

Pas d'argent, mais des heures

Lundi, la concertation sur l'élaboration d'une nouvelle convention du travail a échoué. Les discussions se heurtent sur l'organisation nécessaire pour réduire la surcharge actuelle du travail. En point d'orgue: la semaine de 42h par magasin que les syndicats demandent de revoir à la hausse.

"C'est la première fois qu'on ne demande pas d'argent. Nous faisons grève pour améliorer les conditions de travail."
Stanny Hermans
CNE

"Il faut savoir que depuis le 1er octobre, la direction a supprimé les 28h de dépannage qui avaient été mises en place pendant la pandémie. Cela représente jusqu'à 2 équivalents temps plein par magasins, soit parfois 20% du personnel."

À cela, Stanny Hermans ajoute le problème de la technologie introduite dans les magasins sans formation et donc peu maîtrisée des salariés. "Elle fait perdre davantage de temps que d'en gagner". Il précise que ce qui se passe chez Lidl est atypique. "C'est la première fois qu'on ne demande pas d'argent. Nous faisons grève pour améliorer les conditions de travail."

Mercredi un tiers des quelque 300 sites de Lidl ont été fermés ainsi que les centrales flamandes de Genk et Gulleghem. "Nous voulions envoyer un signal à la direction avec une dizaine de fermetures. Nous en avons eu dix fois plus."

Les syndicats avaient d'ores et déjà annoncé que la grogne risquait de se poursuivre sans une réaction ad hoc de la direction. Dans un communiqué, le font commun avance qu'un rendez-vous avec la direction a été fixé à lundi, sous condition que le mouvement de grève soit arrêté.

Effet boule de neige

Et pendant que la colère gronde chez Lidl, des négociations sont actuellement menées chez Aldi sur la même problématique de surcharge de travail. "La seule différence, c'est que nous avons obtenu des formations sur les nouvelles technologies."

Stanny Hermans ne nie pas que, face à la situation actuelle chez Lidl, la pression des salariés Aldi est grande. Un effet boule de neige n'est donc pas exclu."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés