La météo et Carrefour dopent les ventes de Colruyt

Jef Colruyt, CEO du groupe Colruyt

Au premier trimestre de l'exercice 2010-2011, le chiffre d'affaires consolidé du soft discounter a progressé de 8,5% à près de 1,8 milliard d'euros.

Les trimestres se suivent et se ressemblent pour Colruyt: le soft discounter de Hal continue de surfer sur la croissance. A l'issue du premier trimestre de son exercice décalé 2010-2011, il a encore vu ses ventes augmenter de 8,5% à 1.798,6 millions d'euros, contre 1.657,3 millions un an plus tôt. Un résultat en ligne avec les attentes.

Le commerce de détail (Colruyt, Okay, Bio-Planet, Dreamland) a vu son chiffre d’affaires progresser de 7,1% pour atteindre 1.381 millions d’euros. Colruyt explique cette performance sa politique de "garantie permanente des meilleurs prix", l'influence positive de l'été et plus particulièrement les températures estivales enregistrées en juin. Colruyt ne dit par contre rien de l'influence de la restructuration chez Carrefour et des 4 jours de grèves qui en ont découlé entre avril et juin. Mais suite à ces événements, le chiffre d'affaires de Carrefour Belgique a baissé de 8,6% au 2ème trimestre, ce dont a dû logiquement profiter Colruyt.

La firme de Hal relève aussi que l’inflation interne alimentaire est restée sous pression, notamment à cause de la diminution des prix des fruits et légumes, dont la consommation a été substantiellement plus élevée en juin.

De son côté, le chiffre d'affaires des activités de commerce de gros et de foodservice a augmenté de 11,4% pour atteindre 324 millions d'euros. Colruyt attribue cette croissance à l’activité de commerce de gros de Spar. Le chiffre d’affaires du foodservice en France n’a connu qu’une légère augmentation du fait de la période de transition annoncée à la suite de l’intégration des acquisitions.

Quant aux revenus des autres activités, ils ont augmenté de 20% à 130,2 millions d'euros. Cette augmentation est essentiellement due aux stations-service DATS 24, qui ont vu leur chiffre d'affaires progresser grâce à la combinaison d’un accroissement des volumes et de la hausse des prix du pétrole.

Rappelons que lors de l’assemblée générale du 15 septembre, le groupe émettra des prévisions sur ses  résultats pour l’exercice en cours.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés