La restructuration a fait plonger Carrefour Belgique dans le rouge

©Photo News

La filiale belge du géant français de la distribution a clôturé l'exercice 2018 sur une perte nette de près de 56 millions d'euros. La restructuration qui vient de se clôturer a pesé lourd. Et les hypermarchés ne vont pas mieux: la moitié d'entre eux est toujours en perte.

La restructuration lourde opérée par Carrefour Belgique, qui a laissé 1.012 emplois sur le carreau, n'a pas eu qu'un impact social, mais aussi financier. Les magasins belges du distributeur français ont essuyé l'an dernier une perte nette de 55,6 millions d'euros, révèlent les comptes annuels qui viennent d'être publiés. En 2017, Carrefour Belgique avait engrangé un bénéfice de 70 millions d'euros.

Selon la direction, les hypermarchés sont structurellement en perte depuis des années et la situation empire. En 2017, la moitié d'entre eux étaient dans le rouge, et la situation ne s'est pas améliorée l'an dernier.

L'ardoise de 2018 s'explique pour l'essentiel par la restructuration de Carrefour Belgique. Celle-ci a coûté 110 millions d'euros, une somme consacrée pour l'essentiel aux primes de licenciement versées aux membres du personnel ayant opté pour un départ. L'impact de la restructuration devrait encore se faire sentir cette année, celle-ci n'ayant été achevée qu'en juin, avec les derniers départs et la fermeture de l'hypermarché de Genk.

La situation des hypermarchés reste elle aussi problématique. Selon la direction, ils sont structurellement en perte depuis des années et la situation empire. En 2017, la moitié d'entre eux étaient dans le rouge, et la situation ne s'est pas améliorée l'an dernier.

Les chiffres partiels du premier semestre publiés la semaine dernière n'incitent guère à l'optimisme. Le chiffre d'affaires de l'enseigne est en recul de 2,6%.

Troisième distributeur du pays derrière Colruyt et Delhaize, Carrefour Belgique peine à s'adapter aux changements d'habitudes de consommation. Pour les produits non-alimentaires, les clients optent de plus en plus pour des achats en ligne plutôt que de se rendre en magasin. Et pour l'alimentation, ils choisissent plutôt des magasins de proximité ou des enseignes moins chères (Colruyt, Aldi, Lidl...).

Carrefour a aussi élargi sa gamme de petits supermarchés, mais l'opération n'a rien de facile. Au début de cette année, le groupe a annoncé l'ouverture d'une trentaine de magasins de quartier. Mais comme il en a fermé parallèlement, la croissance nette s'est limitée à huit magasins.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect