La transformation était "indispensable", selon le CEO de Mestdagh

Guillaume Beuscart est le nouveau CEO du groupe Mestdagh depuis le mois de mars dernier. ©Anthony Dehez

Pour Guillaume Beuscart, le nouveau patron du groupe de supermarché, "il est primordial de modifier le fonctionnement de l’entreprise". À défaut, Mestdagh s’expose à de sérieuses difficultés "qui pourraient à moyen terme menacer sa survie".

Créée au début du siècle dernier, l'enseigne Mestdagh est principalement présente à Bruxelles et en Wallonie. 2 de ses 83 magasins sont situés sur le territoire flamand.

En 2010, le distributeur effectuait sa première approche en direction du groupe Carrefour, rachetant alors 16 magasins menacés de fermeture. Trois ans plus tard, c'est une nouvelle étape qui est franchie: l'ensemble du parc commercial des Mestdagh se mue en 'Carrefour Market'.

Ce changement de taille permet au groupe familial de s’adosser à une enseigne alors deuxième puissance mondiale de la distribution. L'entreprise belge voit le géant de la distribution lui ouvrir grand les portes de son catalogue et lui offrir des conditions d’achat très avantageuses ainsi que des ressources commerciales qu'il aurait difficilement pu revendiquer seul.

En échange Carrefour monte à 25% dans le capital des magasins Mestdagh et obtient une voix au conseil d'administration où la famille Mestdagh occupe les trois autres sièges. Cette mutation a été actée en 2010 dans un contrat qui lie les deux distributeurs pour 10 ans, soit jusqu'en 2020, l'année où le groupe Mestdagh espère avoir définitivement bouclé le plan de transformation présenté ce lundi.

"Enrayer ce cercle vicieux"

La renégociation de cet accord est en cours mais les résultats de la collaboration ne sont pas au rendez-vous. "Malgré les nombreux efforts entrepris ces dernières années, les résultats du groupe Mestdagh sont décevants et se sont soldés en 2017 par une nouvelle perte, pour la sixième année consécutive", explique l'entreprise dans son communiqué annonçant les plans de transformation, en mettant l'accent sur "la structure de coûts trop élevée" qui ne permet pas de garantir la pérennité de la société.

Pour Guillaume Beuscart, CEO du distributeur depuis le mois de mars, "il est primordial de modifier le fonctionnement de l’entreprise et d’enrayer ce cercle vicieux (...). À défaut, Mestdagh s’expose à de sérieuses difficultés qui pourraient à moyen terme menacer sa survie".

Les frères Mestdagh toujours de la partie

Et à ceux qui disent que "le nouveau patron fait ce que les frères Mestdagh n'ont jamais osé faire", un porte-parole de la société répond que, bien qu'Eric et John Mestdagh se sont retirés de la direction opérationnelle des supermarchés, les deux frères ont, d'une part, "beaucoup travaillé sur le plan présenté ce lundi". D'autre part, Eric et John Mestdagh "ont toujours leur mot à dire sur la stratégie du groupe et préparent la renégociation du contrat avec Carrefour" qui arrive donc à échéance fin 2020.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect